Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dale Towshend, The Orders of Gothic; Foucault, Lacan, and the Subject of Gothic Writing, 1764-1820

New York: AMS Press, 2007. 365 p. ISBN: 978-0-404-61470-6. ISSN : 0196-6561
Claire Wrobel
Référence(s) :

Towshend, Dale, The Orders of Gothic; Foucault, Lacan, and the Subject of Gothic Writing, 1764-1820, New York: AMS Press, 2007. 365 p. ISBN: 978-0-404-61470-6. ISSN : 0196-6561

Texte intégral

1Dans The Orders of Gothic, Dale Townshend propose une lecture conjointe de trois corpus : les écrits de Foucault, ceux de Lacan et la littérature gothique produite au Royaume Uni entre 1764 et 1820. 1764 correspond à la parution du Castle of Otranto de Horace Walpole, sous-titré « A Gothick Story » et qui contient un certain nombre de traits récurrents dans ces romans de la terreur, que l’on a également appelés romans noirs. Townshend s’intéresse donc au gothique canonique, celui qui s’achève en 1818 avec le Frankenstein de Mary Shelley ou encore la parodie proposée par Jane Austen dans Northanger Abbey.

2 Le gothique a été constitué comme genre ou courant par la critique du XXe siècle. La critique gothique récente a eu tendance à polariser les approches historique et psychanalytique. Townshend ne cherche pas à les réconcilier mais, s’appuyant sur la pensée de Derrida, à souligner le rapport de supplémentarité qui existe entre elles. Il s’inscrit dans un courant critique largement développé, qui consiste à lire la littérature gothique à travers le prisme de la French theory et / ou de la psychanalyse. Pour définir son approche des trois corpus, l’auteur utilise l’image du nœud borroméen, employée par Lacan pour explorer les relations entre les trois ordres du symbolique, de l’imaginaire et du réel. Les fils directeurs permettant de souligner les points d’intersection entre les trois corpus sont la constitution du sujet moderne à la fin du XVIIIe siècle, la notion de paternité, l’inceste, la jouissance perverse, la torture et la relation du sujet au champ visuel. Le traitement de la question de la paternité illustre bien l’approche de l’auteur, qui associe lectures biographiques, étude du contexte intellectuel (discours sur la paternité et l’éducation) et concepts lacaniens comme le Nom-du-Père. Dans cette étude, le gothique est moderne à plusieurs titres : il met en place le sujet de la psychanalyse freudienne en produisant l’inconscient, il atteste du passage de l’alliance à la sexualité et de la souveraineté à la discipline (mis en évidence par Foucault dans Histoire de la sexualité et Surveiller et punir).

3 L’utilitarisme est brièvement évoqué à propos de William Godwin, père de Mary Shelley, qui a d’abord soutenu que la justice est plus importante que l’amour filial, position qu’il a révisée plus tard en insistant sur l’affection domestique. Townshend cherche à évaluer l’impact d’un tel discours sur la vie et l’œuvre de Mary Shelley. Bentham lui-même figure à deux titres dans The Orders of Gothic. L’économie des plaisirs et des peines présente dans sa pensée est opposée à la jouissance du sujet gothique. Bentham apparaît également en tant que créateur du Panoptique, celui-ci étant défini par le biais du Surveiller et punir de Foucault.

4 Townshend montre que le gothique met en scène la jouissance de l’autre (oriental ou aristocratique), de l’excès, du sublime pour mettre en place le sujet bourgeois chaste. La jouissance gothique est privée, individuelle, sans limites et dépensière : ce plaisir ne produit ni profit ni gain, contrairement à ce que préconisaient certains discours politiques, esthétiques et philosophiques. Après avoir fait référence aux théories du plaisir de Hobbes, Mandeville ou encore Hutcheson, Townshend place Bentham aux côtés de Joseph Priestley et Cesare Beccaria. Il fait référence à An Introduction the Principles of Morals and Legislation pour y souligner le principe selon lequel le comportement humain et la législation doivent être gouvernés par la recherche du plaisir et la fuite du déplaisir. Bentham est reconnu comme le penseur qui a placé les plaisirs publics au-dessus des plaisirs individuels : le plaisir individuel est subsumé dans la recherche du bonheur du plus grand nombre. Le plaisir gothique est donc anti-utilitariste : asocial et solipsiste, isolé du travail, du commerce, de l’utilité sociale. De plus, Bentham établissait une distinction entre plaisir et douleur, le plaisir ne se ressentant que dans l’absence de la douleur, alors que dans les romans gothiques, il existe un plaisir dans la douleur et une douleur dans le plaisir.

5Bentham figure également en tant que créateur du Panoptique, présenté comme un « idéal » (p. 284). Townshend ne s’est pas penché sur les écrits de Bentham mais s’est intéressé à la lecture donnée par Foucault dans Surveiller et punir. Il ne remet pas en cause l’idée que le Panoptique est l’archétype du pouvoir disciplinaire. Il reprend l’hypothèse selon laquelle le regard disciplinaire aspire à rendre tout visible pour montrer que le gothique, tout en contribuant au déploiement du regard de la discipline moderne, résiste à cette ambition en mettant en scène des zones d’ombre. Foucault avance que la modernité est le passage d’une économie de la peine exemplaire, violente et coûteuse à une discipline insidieuse, douce et mesurée. Townshend suggère que la littérature gothique, notamment par la présentation complaisante de scènes de torture et de violence rituelle, rend possible la persistance de pratiques dénoncées par les réformateurs et de la jouissance qui y est associée. Le gothique avait déjà été, dans les chapitres précédents, analysé comme le site de la persistance culturelle et historique de l’inceste.

6De plus, dans les romans gothiques, la torture est utilisée comme une image pour décrire l’effet d’attente créé par le suspense. Il existe donc une tension entre engagement discursif (le gothique reprend à première vue le discours réformateur s’opposant à la torture) et pratique esthétique. Dans le cas du suspense, la torture est internalisée : la subjectivité moderne se trouve ainsi hantée par un résidu sombre. En termes lacaniens, la fiction est alors le petit a de la modernité, l’objet qui persiste de façon menaçante au sein du sujet.

7Dans Surveiller et punir, Foucault montre le passage du modèle de la souveraineté à celui de la discipline. Townshend affirme que cette transition ne s’est pas faite sans heurts et que le gothique manifeste la persistance de la souveraineté et de la douleur qui lui est associée. Le gothique fonctionne alors comme un supplément aux théories de Foucault en insistant sur la violence occasionnée par cette transition. Foucault semble cependant accusé à tort de présenter la transition de la souveraineté à la discipline comme un processus homogène, alors qu’il a lui-même insisté sur la coexistence de différentes étapes de ce processus.

8Seuls quelques paragraphes sont consacrés à la théorie des plaisirs et des peines de Bentham, ce qui se conçoit aisément étant donné le propos de l’ouvrage mais risque de frustrer le spécialiste. Par la suite, le rapport entre Bentham et Foucault n’est envisagé que par l’intermédiaire de Surveiller et punir, Townshend ignorant ou écartant les écrits ultérieurs, notamment les Cours au Collège de France, qui permettent de réévaluer la relation entre les deux auteurs et de montrer que Foucault avait une connaissance plus fine de Bentham qu’il n’est généralement admis. Townshend semble donc coupable d’un travers généralement attribué aux universitaires français et qui consiste à ne connaître de Bentham que ce qu’en a dit Foucault. Le spécialiste n’apprendra rien sur les deux aspects de la pensée de Bentham présents dans cet ouvrage. Cependant, les évocations permettent de placer ces deux aspects dans des contextes inhabituels, qu’il s’agisse de la littérature gothique qui lui était contemporaine ou de la critique du XXe siècle, et d’ouvrir des pistes de réflexion qui permettront peut-être d’élaborer des lectures innovantes. S’il ne propose pas d’étude nouvelle ou approfondie des écrits de Bentham, cet ouvrage invite implicitement à se reporter aux textes du philosophe pour vérifier la validité des hypothèses et des analyses formulées dans un cadre large et ambitieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Wrobel, « Dale Towshend, The Orders of Gothic; Foucault, Lacan, and the Subject of Gothic Writing, 1764-1820 », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/81

Haut de page

Auteur

Claire Wrobel

Université Paris Ouest, Nanterre, La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org