Navigation – Plan du site
Compte rendus de lecture

Utilitarianism and the Art School, par Malcolm Quinn

Bénédicte Coste
Référence(s) :

Malcolm Quinn, Utilitarianism and the Art School in Nineteenth-Century Britain, London, Pickering & Chatto, 2013, 205 p., ISBN 9781848932982

Texte intégral

1Comment une école publique d’art en Grande Bretagne a-t-elle été créée, comment a-t-elle évolué au XIXe siècle et quelle fut sa place vis-à-vis de la Royal Academy of Arts ? Quelles furent l’incidence et l’importance de l’économie politique utilitariste et plus particulièrement des écrits de J. Bentham sur le goût, l’éthique et l’utilité, dans le développement d’une institution subventionnée par l’État et destinée à l’éducation artistique de la nation ? Quels furent les débats et les apories auxquels se heurtèrent ses promoteurs entre 1835 et 1875 ? Telles sont les questions auxquelles M. Quinn tente de répondre en retraçant l’histoire de l’éducation artistique publique et en l’inscrivant en regard des analyses philosophiques des penseurs utilitaristes, de Berkeley à W.S. Jevons, en passant par   les écrits de Bentham qui servent tout à la fois de fil conducteur et de toise à cette étude. À l’aide de manuscrits et de journaux – les archives Bentham, les minutes du Political Economy Club d’avril 1821 à juin 1824, les journaux et les manuscrits de Henry Cole de 1822 à 1882 – M. Quinn analyse la création et les vicissitudes de la School of Design en 1837 à la suite des travaux du Select Committee on Art and Manufactures où siègent des benthamiens dont Ewart et Bowring, pour nuancer avec finesse la version simplifiée de Norbert Lynton d’une éducation artistique nationale symptôme et réponse à l’industrialisation.

2Les analyses philosophiques des principaux penseurs utilitaristes éclairent les débats et les enjeux de l’éducation artistique en termes d’économie politique. L’ouvrage s’ouvre ainsi sur une analyse des positions d’A. Smith en matière d’intervention gouvernementale concernant l’éducation au regard de son ambivalence devant la Foulis Academy of Art de l’Université de Glasgow créée en 1753. Les chapitres 2 et 5 traitent de la critique des normes sociales de goût de Hume par Bentham. Si les deux penseurs considèrent le goût comme une pratique sociale, pour l’élitiste qu’est Hume, les normes sont développées par des individus cultivés et possèdent une force régulatrice.

3L’utilitarisme théologique de Berkeley présent dans The Querist (1735-7) avait revendiqué l’intervention du législateur en matière artistique afin d’assurer le bonheur public dans le cadre d’un ordre divin. Selon Berkeley, l’intervention doit porter sur la création de besoins selon les exigences d’un a priori moral du travail (industry), tandis que Bentham la situe dans le cadre de la reformulation des catégories esthétiques et culturelles en vue de l’utilité publique. Dans sa « Method of an Institute of Political Economy » (1804), il défend le financement public de la Royal Academy of Arts pour son utilité publique en la considérant du point de vue d’une éthique utilitariste dépassant les individus, les communautés et les gouvernements pour construire des « assemblages d’intérêts » contre les « intérêts sinistres » du petit nombre.

4Berkeley et Bentham représentent les pôles opposés de l’économie politique de l’éducation artistique – l’utilitarisme théologique du premier s’oppose au principe d’utilité dans les institutions artistiques du second – mais tous deux sont interventionnistes et réclament le changement du statu quo culturel. Tous deux refusent également le sentiment comme critère de goût à l’inverse de D. Hume et A. Smith puisque le premier établit la continuité des formations culturelles existantes sur les bases du sentiment et du goût et que le second privilégie un sens commun social et un caractère vertueux contre l’intervention gouvernementale et les exigences de l’utilité publique.

5Bentham refuse ainsi les limites de l’utilitarisme théologique de Berkeley et les trop stables cultures du goût de Smith et Hume. Il rejette la délicatesse humienne du sentiment destinée à contrebalancer la grossièreté du discours, et prône la réforme sociale et culturelle à travers la réforme radicale des discours. « Time and Place on Matters of Legislation » (1780-2) propose ainsi  ce que M. Quinn nomme une « alternative au goût ».

6Après avoir situé l’opposition entre le bon goût et le bon gouvernement dans les écrits de Bentham de 1782, M. Quinn étudie le développement de l’approche utilitariste de l’éducation artistique depuis les propositions de Berkeley en 1735-7 jusqu’aux écrits de W. S. Jevons du dernier tiers du XIXe, en passant par les arguments et les apories des benthamiens du Select Committee on Arts and Manufactures.

7Qui doit occuper le poste d’arbitre et d’éducateur en matière de norme de goût ? L’académie ou l’école ? Dans les années 1830, la Royal Academy – dont le directeur, Martin Archer Shee, disait que ses intérêts étaient identiques à ceux de la nation – est attaquée au nom de normes de goûts démocratiques et universelles par les utilitaristes. Toutefois, pour Bentham, le goût ne se situe pas dans les objets d’art mais dans les pensées contextualisées en énonciations, et le jugement de goût n’est pas une série d’accords impartiaux mais un phénomène socio-politique nécessitant une explication des formes et des structures du langage. Si la norme d’utilité est correctement appliquée, la question serait plutôt la persistance de normes de goût.

8Quel est alors le rôle de l’utilitarisme dans le développement d’une éducation artistique subventionnée publiquement et comment le profane peut-il accéder au domaine de l’art et du goût ?  « Prejudice apart, the game of push-pin is of equal value with the arts and sciences of music and poetry » : derrière son caractère apparemment provocateur, la célèbre phrase de The Rationale of Reward (1825 en anglais ; texte français, Théorie des peines et des récompenses, 1811) ne demande rien d’autre en matière d’éducation artistique qu’une loi soumise à une raison publique transparente au service de l’utilité. Cet écrit ne marque donc pas la fin d’un débat portant sur l’art, le goût et l’économie politique et contemporain des Lumières, comme on l’a pensé, mais une continuité en matière de goût chez Bentham et que certains utilitaristes essaieront de traduire en actes institutionnels.  

9Le chapitre consacré aux tentatives d’Henry Cole d’unifier les fonctions du gouvernement, du musée et de l’école d’art au sein du Department of Practical Art (plus tard Department of Science and Art), est le plus intéressant à notre sens car il restitue une place méritée à l’un des ennemis de John Ruskin, trop souvent réduit au promoteur de l’autonomie du design. Le Department of Practical Art a voulu apporter une instruction artistique afin d’améliorer les ouvrages des manufactures. Cole essaie de synthétiser l’art et le commerce en reprenant le programme de base de la School of Design proposé par le Select Committee de 1837 pour en faire une nouvelle pédagogie de l’art. Se posant la question de l’écart entre les préjugés individuels ou communautaires et l’intérêt public dans la formulation de nouvelles institutions artistiques et d’une éducation artistique générale sans faire de l’utilité une catégorie esthétique supplémentaire, il se trouve pris entre la version benthamienne de l’utilitarisme et la critique de Bentham par J. Stuart Mill. En remplaçant la synthèse proposée de l’art et de l’économie par une nouvelle thèse sur la relation de l’esthétique et de l’éthique publiques dans une société capitaliste, il essaie de fonder le « goût public » comme discours distinct selon les principes de responsabilité sociale. Il prône à son tour l’intervention législative dans la sphère du capital, de la manufacture et du commerce. En 1852, l’ouverture du Museum of Ornamental Art traduit sa volonté de construction d’un goût public destiné aux étudiants comme aux visiteurs, non sans qu’il ne se sépare de Bentham à travers la revendication de « lois de l’art » (« the laws of art »). Cole réussit à établir une éducation artistique construite autour d’une architecture benthamienne du jugement et une éducation artistique nationale sous la houlette d’un « père nommé » (appointed father) du goût destinée à supplanter une économie politique du goût centrée autour du « père du foyer » (father of the household).

10Les années 1860 mettront l’accent sur la pédagogie autorisée de l’art à travers laquelle l’autorité de l’académicien et du conservateur apparaît peu à peu moralement supérieure à l’attrait public et à l’utilité éducative souhaités par Cole. Tant Jevons dans son recueil Methods of Social and Other Papers (1883), qu’Edward Poynter dans Ten Lectures on Art (1879), rejettent l’enseignement visuel fourni par le lieu d’exposition et de conservation des œuvres d’art au profit de l’autorité du conservateur. L’idéal de Cole, retraité depuis 1873 – élever le degré d’éducation artistique du peuple – devient impossible. Jevons s’en revient à l’utilitarisme théologique de Berkeley et le terme « utilité » décrit désormais la récompense socialement valorisée, remettant en cause toute réforme sociale et culturelle. Dans l’économie marginaliste, l’utilité est une façon d’acheter du plaisir « au coût le plus bas de la douleur ». En écrivant que l’accès au bon goût est marqué par un engagement à faire de nouvelles expériences à travers lesquelles les idées existantes peuvent être vérifiées, corrigées et étendues, Jevons va contribuer à l’affaiblissement de la notion politico-éthique d’utilité utilisée comme norme d’art et de goût. L’utilité garantit alors les normes artistiques selon un ordre moral d’efforts culturels.

11Le premier Slade Professor of Fine Art, E. Poynter, qui devient Director of Art and Principal of the National Art Training School en 1875, refusera également l’accord entre le bon goût et la culture de masse à travers l’institution artistique. L’art fait désormais partie pour lui partie d’une économie avilie de la consommation.

12Bientôt commence la comparaison des écoles d’art, des académies et des ateliers. En 1888 un rapport sur la National Art Training School propose qu’un artiste dirige l’établissement, ce qui sera fait avec la nomination de William Blake Richmond comme visitor avant sa nomination comme directeur en 1895, année où il devient aussi membre de la Royal Academy. Les idéaux de Cole sont bien loin, mais ont-il uniquement été défaits par Jevons ? Quinn ne le démontre pas de façon convaincante, sauf à penser que la question de l’institution publique en termes utilitaristes se voit reformulée loin des propositions benthamiennes.

13Le dernier chapitre s’interroge sur trois options actuelles d’une économie politique en matière d’éducation artistique en Grande Bretagne dans un contexte où l’éducation artistique se fonde sur l’idée d’un humanisme libéral des communautés dont le cadre éthique est défini par la naturalisme moral des Lumières écossaises, et s’effectue via les galeries et les musées publics. L’alternative est la même que celle du « Manual of Political Economy » (1806) : ou l’institution est envisagée du point de vue de l’utilité ou alors il faut une éthique utilitariste pour les institutions artistiques publiques.

14La première des options examinée est l’eudémonisme (eudemonia) promu par R. et E. Skydelski à travers lequel le gouvernement doit ouvertement promouvoir certaines valeurs esthétiques et morales et différencier la vertu et le goût publics du consumérisme et des insuffisances de la démocratie libérale ; la seconde est théorie de l’encouragement (nudge theory) de Richard H. Thaler et Carl R. Sunstein où le gouvernement encourage des valeurs esthétiques et morales ; la troisième est l’utilitarisme sous la forme d’une réforme des conditions actuelles du goût et de la vertu publics au service d’une pensée des ensembles sur laquelle le gouvernement mettrait l’accent (« aggregate of interest in the cause of public welfare »). Les analyses benthamiennes au regard de l’économie politique utilitariste de l’éducation artistique contemporaine demeurent pertinentes, écrit M. Quinn, puisque cette dernière est placée devant le double impératif de l’éducation en matière d’art (education in art) et de l’éducation à travers l’art (education through art) dans les musées subventionnés par l’Etat et destinés à soutenir la vertu et la cohérence des communautés.  

15L’éducation publique constitue une réponse aux conduites des groupes (aggregate) que ni l’humanisme civique, ni l’éthique des vertus qui en appellent à une intervention étatique afin d’établir des normes de goût de façon plus ou moins ouverte ne satisfont puisqu’elles sont impossibles en leur totalité sous des conditions de libéralisme économique. Quinn revendique une éthique benthamienne non sans reconnaître que la situation actuelle rend sa réalisation peu probable, mais sans réellement démontrer qu’elle serait la meilleure. On ne saurait considérer comme argument d’autorité qu’il convient de se débarrasser de la phraséologie dépassée de la culture et de l’esthétique pour en inventer un autre discours, en reprenant la démarche benthamienne d’un langage de la réforme allié à une réforme du langage sans considérer la dimension historique d’un semblable projet.

16 Si les analyses des utilitaristes en matière d’art et d’éducation artistique sont précieuses, couvrant quelques 150 années de réflexion, et si les vicissitudes de la School of Design sont décrites et contextualisées avec beaucoup de précision, il n’en demeure pas moins que l’ouvrage souffre de nombreuses répétitions qui en rendent la lecture malaisée. Le pari de faire de Bentham une toise contre laquelle tous les écrits des utilitaristes en matière d’éducation artistique sont évalués vient parfois contrarier le projet d’une histoire de l’institution d’éducation artistique à travers le prisme des positions et des réalisations inspirées des utilitaristes. Certaines démonstrations apparaissent bien plutôt comme des juxtapositions d’informations, voire comme des digressions, à l’instar des commentaires sur Jacques Lacan, psychanalyste parlant à des psychanalystes et ayant évoqué Bentham une seule fois dans son séminaire. Au regard de ses thèses sur l’éthique (non benthamienne) qu’il assigne à la psychanalyse en 1960, mais surtout au regard des éthiques utilitaristes, le rapprochement semble controuvé. Reste une étude documentée nuançant les simplifications courantes entre l’art et l’industrie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Utilitarianism and the Art School, par Malcolm Quinn », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/701

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org