Navigation – Plan du site
Mill et la peine de mort

John Stuart Mill et la question de la cruauté de la peine de mort

Benoît Basse

Résumés

La pensée pénale utilitariste, dont l’influence sur le processus historique de modération des peines n’est plus à démontrer, est-elle par principe hostile à la peine de mort ? Le fait qu’en 1868, John Stuart Mill ait plaidé en faveur du maintien la peine capitale pose la question de savoir si sa prise de position constitue une conséquence possible du principe d’utilité. Certes, on sait qu’avant lui, Beccaria et Bentham s’étaient donné pour tâche de démontrer l’inutilité d’un tel châtiment. Mais pour être en droit voir une relation d’implication nécessaire entre l’utilitarisme et l’abolitionnisme, encore faudrait-il pouvoir montrer que John Stuart Mill a en quelque sorte « trahi » le principe d'utilité en défendant la peine de mort. Or c’est précisément ce que rien, semble-t-il, ne nous autorise à affirmer. Nous voudrions montrer au contraire que ce désaccord s’explique principalement par une divergence au niveau de la mise en application de ce principe. Si Mill condamne à son tour toute cruauté inutile, il entend cependant montrer que la peine de mort n’est pas la plus cruelle des peines envisageables en cas de meurtre. Autrement dit, le désaccord entre Mill et ses prédécesseurs ne résulte pas d’une plus ou moins grande fidélité des uns et des autres au principe d’utilité. En réalité, il nous semble que ce sont des jugements d’ordre empirique sur la cruauté des peines qui rendent compte de ces positions diamétralement opposées au sein même de la pensée utilitariste

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Mill, John Stuart, Letter to Robert Barclay Fox, 6th May 1841, in Collected Worksof John Stuart Mi (...)
  • 2  Ogien, Ruwen, La panique morale (Paris, Grasset, 2004, p. 256)

1A n'en pas douter, le fait que John Stuart Mill ait refusé de voter l'abolition de la peine capitale en tant que parlementaire reste assez peu connu en France où l'on continue parfois, à tort, de le ranger du côté des abolitionnistes. Certes, il est vrai qu’en 1841, dans une lettre adressée à Robert Barclay Fox, le philosophe a pour un temps semblé faire sienne la cause abolitionniste : « j’ai donc toujours été favorable, écrit-il, à l’abolition complète de la peine de mort, bien que j’avoue ne pas y attacher beaucoup d’importance dans le cas des pires criminels1 ». Mais il convient de relativiser d’emblée « l’abolitionnisme » de Mill. D’une part, notons qu’il reconnaît explicitement dans la seconde partie de sa phrase que les exécutions ne le choquent pas outre mesure dès lors qu’elles concernent les « pires criminels ». Or, il se trouve qu’à la faveur d’un processus général d’adoucissement des peines en Europe, le problème de la peine de mort va précisément finir par devenir celui de son maintien ou de sa suppression dans le cas des meurtres les plus atroces. Autrement dit, la liste des délits passibles de la peine capitale ayant été considérablement réduite, on ne saurait qualifier d’ « abolitionnistes », dès l’époque de Mill, que ceux qui refusent sans aucune ambiguïté et de façon inconditionnelle la mise à mort des criminels, quel que soit par ailleurs le degré d’horreur que suscitent leurs actes. Or, à ce titre, la déclaration de Mill peut légitimement donner l’impression de céder sur l’essentiel aux yeux d’un authentique abolitionniste. D’autre part, tout indique qu’en 1841, Mill tient encore pour évidente l’idée selon laquelle la peine de mort est plus sévère que l’incarcération à perpétuité. Mais c’est précisément sur ce point décisif qu’il finira par changer d’avis, au point de défendre la peine capitale au nom de son « humanité » en 1868. Dans ces conditions, il ne nous paraît pas juste d’affirmer avec Ruwen Ogien que Mill « plaida pour l’abolition de la peine de mort2 », si l’on entend par « abolition » la suppression pure et simple de ce châtiment.

  • 3  Sorell, Tom, Moral Theory and Capital Punishment (Oxford, Blackwell, 1987), p. 99, nous soulignons
  • 4  Ibid.
  • 5  Voir Michael Clark, « Mill on Capital Punishment : Retributive Overtones ? », Journal of the Histo (...)

2Ses combats en faveur du droit d'association et d'expression politique des ouvriers, de l'extension du droit de vote aux femmes sont assurément mieux connus, de même que ses critiques avant-gardistes de la colonisation et de l'esclavage. C’est d’ailleurs ce qui lui vaut la réputation justifiée de philosophe « progressiste ». Si bien que le soutien qu'il apporta publiquement à la peine de mort peut paraître à première vue déconcertant chez un penseur qui sut soutenir par ailleurs des positions innovantes. Mais notre étonnement - voire notre déception - n'aurait précisément pas lieu d'être si cette défense de la peine de mort ne lui avait été dictée que par un conservatisme de principe. Il nous faut donc analyser les arguments qu'il mobilise pour ne pas se joindre aux esprits abolitionnistes de son temps. Par ailleurs, le désaccord patent entre Stuart Mill et Bentham sur la nécessité d'abolir la peine capitale ne peut manquer de susciter la question suivante : de ces deux philosophes, lequel se montra le plus fidèle au principe d’utilité ? Pour être en droit de conclure à une incompatibilité absolue entre l’utilitarisme et la peine de mort, encore faudrait-il être en mesure de démontrer que John Stuart Mill a en quelque sorte « trahi » le principe d'utilité. A cet égard, la tentation est forte de souligner les aspects « rétributivistes » de son discours parlementaire (notamment le recours aux concepts de « dignité » et de « mérite ») et d’y voir les raisons principales expliquant son attachement à la peine capitale. Pour ce faire, on fera alors remarquer avec Tom Sorell que Mill « introduit l’idée du caractère approprié (appropriateness) de l’exécution à mort s’agissant de certains délits3 ». Selon le commentateur, nous aurions affaire ici à un élément non-utilitariste qui, « s’il n’est pas rétributiviste, est pour le moins compatible avec le rétributivisme4 ». Si tel est le cas, l’étape suivante pourrait bien consister à prétendre que son plaidoyer en faveur de la peine de mort ne fut possible qu’au prix d’un glissement d’une logique purement utilitariste vers une forme de « rétributivisme » qui, en définitive, ferait de Mill un penseur bien plus proche en la matière de Kant que de Bentham. A vrai dire, la question de savoir si Mill fait un usage véritablement rétributiviste des mots « appropriateness », « worthy » et « unworthy » demeure controversée. A cet égard, Michael Clark estime au contraire que le caractère « approprié » d’une peine renvoie toujours in fine chez Mill à sa justesse en tant que moyen dissuasif ou éducatif5, et non pas à une philosophie véritablement rétributiviste de la justice. Pour notre part, nous n’aurons pas besoin, dans le cadre de cet article, de nous prononcer sur cette question. En effet, quoi qu’il en soit de la tonalité apparemment « rétributiviste » de certaines expressions milliennes, nous voudrions montrer que les arguments proprement utilitaristes de Mill étaient à ses yeux suffisants pour justifier la peine de mort.

1. Mill, le philanthrope modéré

3C'est à l'occasion d'un débat parlementaire à la Chambre des Communes que John Stuart Mill est amené à prendre explicitement parti en faveur de la peine de mort, concernant les crimes de sang uniquement. Le 21 avril 1868, le Parlement britannique est saisi d'une proposition visant à abolir totalement la peine capitale. Mill, qui fut élu en 1865, s'est entre temps fait remarquer pour son action en faveur de l'émancipation des femmes. En 1868, il dépose un amendement à la Réforme du suffrage électoral visant à instaurer l'égalité civique entre les hommes et les femmes. En outre, il critique vivement l'attitude du gouvernement britannique dans les colonies. Ce dernier combat le rendra d'ailleurs relativement impopulaire et lui vaudra probablement de ne pas être réélu en 1868. Bref, nombreux sont les sujets sur lesquels Mill ne manque pas de courage politique. Néanmoins, s'agissant de la peine de mort, force est de constater que sa position est politiquement conservatrice : il estime que le législateur commettrait une grave erreur en ne conservant pas ce châtiment ultime dans l'arsenal des peines légales.

4D'emblée, Mill tient à placer sa thèse sous le patronage de la raison. Sa défense de la peine de mort, nous fait-il comprendre, n'est en rien déterminée par ses affects. D'ailleurs, ce qui tend à le prouver selon lui, c'est le fait qu'il regrette expressément de ne pas pouvoir suivre ses amis « philanthropes » auxquels il commence par rendre hommage, avant d’entreprendre de justifier son désaccord. Le terme « philanthropes » n'a rien de péjoratif et d'ironique dans sa bouche, il désigne au contraire le camp des progressistes animés par le souci de voir triompher l'émancipation humaine sous toutes ses formes. Or Mill concède que ses sentiments spontanés le pousseraient plutôt à les soutenir une nouvelle fois. Mais le philosophe estime que la raison doit nous retenir de céder à un excès de philanthropie, lequel s'avérerait finalement néfaste pour la société dans son ensemble. Ainsi les bons sentiments ne suffisent-ils pas à faire une bonne législation. En dernier lieu, une mesure ne se justifie que si elle contribue à maximiser le bonheur du plus grand nombre, selon un principe que Mill reprend à Bentham. La raison lui indique que la peine de mort est socialement utile, donc nécessaire. Voici comment il prend provisoirement congé du camp progressiste auquel il reste pourtant attaché :

  • 6  Mill, John Stuart, Plaidoyer en faveur de la peine capitale, traduction de B. Basse, dans ce volum (...)

Ces grandes avancées, non seulement pour l’humanité, mais pour les finalités de notre justice pénale, nous les devons aux philanthropes ; et s’ils se trompent sur le cas présent, comme je ne puis m’empêcher de le penser, c’est simplement du fait de ne pas percevoir où et quand doit prendre fin une entreprise qui fut si bénéfique jusqu'à présent6.

5Les « grandes avancées » évoquées ci-dessus désignent les progrès accomplis en matière d'adoucissement des peines. Mill se réjouit sans ambiguïté du fait que la liste des délits passibles de la peine capitale ait été considérablement réduite ces dernières années. En 1867, le Parlement Britannique vota une seconde réforme de la Constitution (après celle de 1832) dans le but principal de donner le droit de vote à un plus grand nombre d’hommes appartenant à la classe ouvrière. Cette réforme comprenait aussi des dispositions en matière de justice pénale, notamment concernant l’application de la peine de mort. De fait, au moment où s'ouvre le débat en 1868, l'Angleterre ne pratique plus les exécutions que pour les meurtriers. Mais l’adoucissement des peines a précisément atteint selon Mill un seuil au-delà duquel la générosité et l'humanité risquent de mettre en péril la sécurité du plus grand nombre. Autant il était juste et rationnel de supprimer toutes les peines inutilement cruelles, autant ce serait folie selon lui de poursuivre cet élan jusqu’à l'abolition totale de la peine de mort. La philanthropie à l'égard des criminels ne saurait s'exercer au détriment de la sécurité de tous les autres.

6 Au fond ce qu'il nous importe de comprendre, ce sont les raisons pour lesquelles notre philosophe utilitariste ne parvient pas aux mêmes conclusions que Beccaria et Bentham avant lui. Comme eux, il estime qu'une peine inutilement cruelle est incompatible avec le principe d’utilité. Mais contrairement à ses illustres prédécesseurs, il s'efforce de montrer que la peine de mort n'est ni inutile ni plus cruelle que la peine par laquelle on envisage de la remplacer (généralement les travaux forcés à perpétuité). Le désaccord ne porte donc apparemment pas sur les principes devant guider l'action mais sur leur application concrète. Ainsi Mill pose-t-il le problème dans les mêmes termes que Beccaria et Bentham : existe-t-il une peine qui soit à la fois moins cruelle et au moins aussi efficace que la peine de mort ? Tout philosophe utilitariste se doit d'affronter cette question puisqu’elle s’avère absolument décisive pour ce type de pensée.

2. La cruauté en question

2.1. Le paradoxe de Mill

7L'argument principal avancé dans ce discours est sans aucun doute de nature utilitariste. Il s'agit pour Mill – comme pour Beccaria et Bentham avant lui – de déterminer quelle est la peine permettant de prévenir le crime de la façon la plus efficace. De plus, en bonne logique utilitariste, il convient de rechercher une peine économe, c'est-à-dire n'entraînant aucune souffrance socialement inutile. C'est d'ailleurs ce dernier critère qui garantit au criminel qu'il sera traité avec « humanité » : la société continue de lui témoigner du respect en s'interdisant de lui infliger une souffrance excessive, c'est-à-dire inutile. Ainsi, du point de vue des principes, on ne perçoit jusqu'à présent aucune différence avec ses prédécesseurs. Tous trois s'accordent sur les critères de la juste peine. En revanche, si l'on veut comprendre pourquoi John Stuart Mill défend la peine de mort, il faut d'abord saisir les raisons pour lesquelles elle reste, selon lui, la plus efficace. Or l'efficacité du châtiment dépend de son effet sur l'imagination. Bentham, Beccaria et Mill ont en effet en commun de faire dépendre leur position sur la peine de mort de la réponse à la question suivante : quelle est la peine produisant l'impression la plus forte sur l'imagination humaine ? Quel est le châtiment dont la simple représentation s'avère la plus frappante pour l'esprit humain ?

8A cette question, Mill apporte une réponse qu'il sait paradoxale. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il s'évertue en effet à montrer que la peine capitale est la moins cruelle des peines envisageables pour les crimes les plus répugnants ; elle serait en tout cas relativement moins cruelle que le bagne à perpétuité :

  • 7  Ibid., § 3.

Je prendrai la défense de ce châtiment, dès lors qu'il est réservé aux cas atroces, en me fondant sur le principe au nom duquel il est communément attaqué - je veux parler du principe d'humanité envers le criminel. La peine de mort est en effet, comparée à d'autres peines, le moyen le moins cruel de dissuader du crime7

  • 8  Cette stratégie de relativisation de la cruauté se retrouve plutôt chez des penseurs utilitaristes (...)

9Bien évidemment, on peut d'ores et déjà faire remarquer qu'une telle argumentation présuppose que le bagne soit effectivement la seule peine alternative sérieusement envisageable. Cet a priori semblera sans doute daté pour le lecteur contemporain qui considérera probablement le bagne comme un supplice d'un autre âge. Mais nous pouvons faire deux remarques à ce sujet. D'une part, c'est dans le cadre de la même alternative que raisonnaient Beccaria et Bentham. Le premier, rappelons-le, entendait même montrer qu'il fallait abolir la peine de mort au profit des travaux forcés à perpétuité, lesquels étaient censés être moins cruels. Historiquement, la critique morale du bagne est ultérieure à celle de la peine de mort. D'autre part, en dépit des apparences, l'argumentation de Mill garde toute son actualité pour peu que l'on compare la cruauté de la peine de mort à celle d'une « simple » peine d'incarcération à perpétuité, en lieu et place du bagne. A cet égard, de nombreux pays - même abolitionnistes - conservent dans leur législation la peine de prison à perpétuité, ou du moins des peines de sûreté incompressibles qui ne laissent que peu d'espoir au détenu de mourir ailleurs qu'en prison. Ainsi, il n'est pas inapproprié, à l'époque, de se demander si la peine de mort constitue en comparaison une peine plus cruelle qu'une autre. D'ailleurs, de nos jours encore, certains partisans de la peine de mort n'hésitent pas à relativiser son caractère inhumain et cruel en vue de la légitimer8.

10 Ainsi, c'est en vertu du « principe d'humanité » que John Stuart Mill entend défendre la peine de mort. Tout indique que l’« humanité » désigne ici le fait de ne pas infliger au criminel une souffrance dont la grandeur dépasserait le niveau requis pour prévenir le crime. Il existe donc une limiterationnelle à la souffrance. Tant que la condamnation correspond simplement au moyen le plus efficace et le plus économe de prévenir d'autres crimes de la même espèce, alors la douleur qu'il subit n'entame pas le respect qui lui est dû. Or, fait remarquer Stuart Mill, supprimer la peine de mort reviendrait de facto à livrer le criminel à des souffrances bien supérieures, celles qu'implique précisément une condamnation aux travaux forcés à perpétuité. Ici, le philosophe tient à rétablir une vérité qui échappe à l'opinion commune : c'est un préjugé, selon Mill, que de voir dans la peine de mort le plus grand des châtiments possibles.

2.2. Avec et par-delà Beccaria

11Il nous faut saisir la genèse de cette illusion selon laquelle la peine capitale serait par principe la plus cruelle des peines. On peut dire d’ores et déjà que le sens commun a tort de se focaliser sur le fait que l'une des peines en présence supprime la vie du criminel tandis que l'autre le laisse vivre. Tout se passe chez Mill comme si le simple fait de laisser la vie sauve au coupable ne pouvait suffire à considérer qu'on le traite avec davantage d’humanité. Encore faut-il prendre en compte la vie effective de celui que l'on maintient en vie. Or si la somme des plaisirs et des douleurs à venir est le seul critère qui vaille, il est clair que la méthode comparative est inévitablement à l'avantage de la peine capitale. Il convient d'examiner ce point qui est de la plus haute importance. En effet, en comparant la peine de mort au bagne à perpétuité du point de vue des souffrances respectives qu'ils impliquent, comment ne pas reconnaître que la première n'implique qu'une courte souffrance suivie d'une absence totale de sensation, tandis que le bagne provoque des souffrances physiques et psychologiques d’une durée indéfinie ? Ceci étant admis, revenons à la genèse de l'illusion que Mill entend dénoncer. Parce que le sens commun se laisse impressionner par la violence de l'exécution elle-même et privilégie le critère de l'intensité de la souffrance, il en vient à négliger la durée des maux à venir. Or la raison utilitariste nous impose de reconnaître qu'une douleur de courte durée – fût-elle la plus effroyable de toutes – est préférable à une longue période de souffrances sévères et continues. A ce stade, on remarquera qu'en privilégiant le critère de la durée sur celui de l'intensitéde la souffrance, John Stuart Mill retrouve provisoirement un argument de Beccaria avant de le faire jouer au profit de la peine de mort. On se souvient en effet que dans son Traité des délits et des peines, le marquis italien dénonçait l'inutilité de la peine de mort en invoquant précisément le fait que la condamnation au bagne à perpétuité s'avérait encore plus exemplaire et dissuasive. Mais qu'est-ce à dire, si ce n'est que le bagne est en réalité plus cruel ? Autrement dit, comment peut-on prétendre que l'idée des travaux forcés à perpétuité est plus dissuasive (dans la mesure où elle frappe davantage l'imagination) sans admettre en même tempsqu'ils impliquent une plus grande souffrance et constituent par conséquent une peine plus cruelle ? Voici pour mémoire ce qu'écrivait Beccaria :

  • 9  Beccaria, Cesare, Traité des délits et des peines, op. cit [1764], trad. fr. Maurice Chevallier (P (...)

Notre sensibilité s’émeut plus facilement et de façon plus persistante d’impressions légères mais répétées que d’un choc violent mais passager. Pour cette raison, le frein le plus puissant pour arrêter les crimes n’est pas le spectacle terrible mais momentané de la mort d’un scélérat, c’est le tourment d’un homme privé de sa liberté, transformé en bête de somme et qui paie par ses fatigues le tort qu’il a fait à la société9.

12Convenons que Mill fait preuve ici d'une grande habileté. A partir d'un constat identique à celui de Beccaria - le bagne est en réalité plus cruel -, il conclut très logiquement que l'on se montre véritablement « humain » envers le criminel en lui évitant précisément le bagne. Il évite ainsi le paradoxe de Beccaria, lequel ne craignait pas de remplacer la peine capitale par le châtiment qu'il jugeait encore plus impressionnant et efficace. Or il y a là une contradiction aux yeux de Mill : on ne peut pas à la fois considérer la peine de mort comme une peine inutilement cruelle et lui substituer le bagne. Si ce dernier est véritablement plus impressionnant pour l'imagination humaine, c'est qu'il implique davantage de souffrance. Il faut en conclure qu'il est également plus cruel que la peine de mort. On doit juger de la cruauté à l'aune de la souffrance effectivement subie.

13A nos yeux, John Stuart Mill a ainsi le mérite de révéler un aspect extrêmement problématique de l'argumentation de Beccaria. On se souvient de l'intention affichée par ce dernier :

  • 10  Ibid., p. 66.

Admettons que la cruauté des peines ne soit pas directement opposée au bien public et au but qu’elle se propose d’empêcher les délits ; il suffirait qu’elle fût inutile pour être contraire aux vertus bienfaisantes engendrées par une vertu éclairée10.

14On ne saurait assez souligner ce point : Beccaria défendra in fine en lieu et place de la peine de mort une peine plus efficace parce que plus cruelle. Il y a là, il faut le reconnaître, un divorce entre la prétention affichée (dénoncer l'inutile cruauté de la peine de mort) et la pratique (défendre une peine plus cruelle). C’est ce que souligne à juste titre Jacques Derrida :

  • 11  Derrida, Jacques, De quoi demain... Dialogue (Paris, Fayard, 2001, rééd. Champs Flammarion, 2003), (...)

Beccaria, soucieux d'exemplarité dissuasive, juge la peine de mort moins nécessaire, plus inutile qu'injuste, et point assez cruelle pour dissuader11.

15Au fond, le vrai problème que pose la peine capitale pour Beccaria, c'est qu'elle ne marque pas l'imagination durablement. Or, pourquoi la condamnation aux travaux forcés perpétuels impressionne-t-elle davantage l'imagination humaine si ce n'est parce qu'elle est plus cruelle ? A moins de considérer cette comparaison avec le bagne comme anecdotique, la façon dont Beccaria défend l'abolition de la peine de mort s'avère pour le moins embarrassante. Ce ne serait qu'au nom de sa moindre efficacitéque la peine de mort mériterait d'être rejetée au profit d'une peine plus dissuasive. Au final, en dépit de son adhésion théorique au principe de moindre cruauté, Beccaria a pris la défense du bagne alors qu'il le considérait comme plus cruel que la peine de mort. C'est précisément cette impasse que John Stuart Mill parvient, nous semble-t-il, à éviter.

2.3. Avec et par-delà Bentham

16Demandons-nous à présent comment John StuartMill se positionne vis-à-vis de Bentham sur cette question de la cruauté de la peine de mort. Peut-on dire que Mill en vient à défendre la peine de mort simplement parce qu'il estime, contrairement à ce dernier, que l'exécution comporte moins de cruauté que le bagne à perpétuité ? Autrement dit, le désaccord entre Mill et Bentham s'explique-t-il uniquement par une divergence sur la plus ou moins grande cruauté de ces deux châtiments ? Les choses sont loin d'être si simples. Il y a bien un désaccord théorique entre les deux philosophes, mais ce n'est pas sur ce point qu'il se situe. En vérité, et à y regarder de près, les deux penseurs utilitaristes se retrouvent sur le constat selon lequel les travaux forcés à perpétuité impliquent davantage de souffrance (et donc de cruauté) envers le criminel. Du moins est-ce là une vérité à laquelle parvient le philosophe utilitariste, éclairé par le calcul rationnel. Mais la grande majorité des hommes, parce qu'elle n'est pas constamment rationnelle, s'illusionne et se laisse bien plus impressionner par le spectacle de la peine de mort. Dans ces conditions, tout le problème est précisément de savoir quelle attitude adopter face à cette illusion populaire : faut-il en faire abstraction (au nom de son irrationalité) et rechercher la peine la plus efficace en prenant pour base son degré réelde cruauté ? Cela revient alors à privilégier le point de vue objectif du philosophe. Ou bien, au contraire, faut-il intégrer cette illusion populaire dans le calcul utilitariste ? Dans le premier cas, le philosophe calcule l'utilité du châtiment en faisant comme si tous les membres de la société se comportaient en agents parfaitement rationnels. Mais n'est-ce pas prendre le risque de déterminer les peines les plus dissuasives pour des hommes idéaux plus que réels ? Dans le second cas, au contraire, il s'agit de prendre les hommes tels qu'ils sont (c'est-à-dire jugeant souvent de la cruauté d'une peine de façon irrationnelle).

17A ce stade, nous défendrons l'idée que les deux penseurs utilitaristes se divisent essentiellement sur une question de méthode. Le principe d'utilité, ainsi que celui de moindre cruauté en matière pénale, leur sont naturellement communs. D'autre part, nous l'avons vu, tous deux considèrent que la peine de mort implique objectivement moins de souffrance que le bagne à perpétuité. En revanche, c'est sur le statut qu'il convient d'accorder à l'opinion et à l'illusion populaires qu'ils divergent.

  • 12  Bentham, Théorie des peines et des récompenses, 2 vol., Londres, Vogel et Schulze, 1811 (Rééd., El (...)

18Pour commencer, rappelons qu’aux yeux de Bentham, la peine de mort s'avère être la punition remplissant au mieux les critères de popularité et d’exemplarité12. Autrement dit, il se trouve que le peuple croit au caractère éminemment dissuasif de la peine de mort parce qu'il voit en elle la peine la plus redoutable qui soit, donc la plus cruelle. C'est que l'imagination de la plupart des hommes se focalise effectivement sur la privation de la vie, tandis que seule une minorité de criminels endurcis (et à cet égard plus lucides) craint davantage le bagne qu'une exécution rapide. Dans ces conditions, si le philosophe se devait de suivre l'avis du plus grand nombre, il est clair qu’il aurait de sérieuses raisons de soutenir la peine de mort. Mais de façon tout à fait décisive, Bentham choisit de relativiser l'avis de la multitude sur la base d'une conviction d’une part, et d'un constat d’autre part. D'abord, il est animé par la conviction que l'expansion des Lumières finira par avoir raison de l'illusion populaire selon laquelle il n'y aurait pas de châtiment plus exemplaire que la peine de mort. Ensuite, il choisit d'accorder plus de poids à ce que ressentent secrètement les hommes appartenant à la classe des « criminels endurcis », lesquels redoutent bien davantage le bagne qu'une exécution rapide. Il peut ainsi passer outre ce que pensent la plupart des hommes tels qu'ils sont, ou du moins relativiser leur point de vue au nom de ce que pense une petite minorité et de ce que penseront les hommes un jour, lorsque l'humanité sera davantage imprégnée du mode de penser utilitariste.

19Mais dans ces conditions, Bentham n'échappe pas plus que Beccaria avant lui à ce que John Stuart Mill considère comme une contradiction : au final, sa position revient à rejeter la peine de mort tout en reconnaissant qu'objectivement parlant (si on se tient à distance des illusions populaires et majoritaires), elle est pourtant moins cruelle que le bagne à perpétuité dans lequel il voit la seule alternative crédible. Bref, aux yeux de Mill, on retrouve la même incohérence entre théorie et pratique au cœur des pensées de Bentham et Beccaria.

3. Une question de méthode

3.1. Opinion publique contre vérité philosophique

20Pour rétablir de la cohérence au sein d'une philosophie utilitariste de la peine, John Stuart Mill en revient à la nécessité de choisir la peine qui conjugue un maximum d'efficacité en termes de dissuasion d’une part, et un minimum de souffrance d’autre part. Or, il ne fait pas de doute à ses yeux que c'est la peine de mort qui remplit au mieux ces deux conditions. Ecoutons-le s'adresser à ses amis « philanthropes » :

  • 13  Mill, John Stuart, Plaidoyer en faveur de la peine capitale, § 4.

Si l’idée d’infliger la mort nous révulse et que nous nous efforçons d’imaginer pour le criminel un type de punition agissant sur l’esprit humain avec une force dissuasive comparable en tous points à la peine de mort, nous voici alors conduits vers des sanctions moins sévères en apparence, et donc moins efficaces, mais bien plus cruelles en réalité13

21Une fois cela admis, il n'y a guère à se soucier de l'éventuel décalage entre la vérité philosophique et l'opinion populaire s’agissant du degré véritable de cruauté de la peine capitale. Certes, la plupart des hommes estiment - à tort selon Mill - qu'aucune peine n’est plus cruelle que celle qui ôte la vie. Mais comment ne pas voir que cette illusion contribue dans les faits à renforcer l'efficacité de la peine de mort ? Sur ce point, Mill ne semble pas envisager qu'il faille changer l'opinion des hommes. Il s'agit simplement de prendre acte du fait que cette erreur de jugement de la part du peuple accentue le pouvoir dissuasif des exécutions. Car on ne mesure pas le pouvoir de dissuasion d'une peine à l'aune de sa cruauté réelle, mais bien à celle de sa cruauté apparente. Ici, John Stuart Mill peut se prétendre en quelque sorte plus « réaliste » que ses prédécesseurs utilitaristes, dans la mesure où il fonde sa position sur le jugement réelde la plupart des hommes. On l'aura compris, « réel » ne qualifie pas ici un jugement vrai, mais tout simplement un jugement conforme à l'opinion que professent les hommes en réalité. Or, leurs illusions font partie intégrante du réel et le philosophe utilitariste, par souci d'efficacité pénale, doit rechercher la peine la plus dissuasive en fonction des hommes tels qu'ils sont et tels qu'ils pensent. Par bonheur, si l'on peut dire, il se trouve que l'illusion populaire en matière de sévérité et d'exemplarité oblige à défendre la peine qui est par ailleurs la moins cruelle en vérité - parmi celles que l'on peut envisager pour ce type de crimes atroces. Il n'y a donc pas à regretter cette illusion populaire puisqu'elle s'avère très féconde socialement : elle permet de recourir à la peine la plus économique en termes de souffrances infligées pour une efficacité maximale.

22Mais ce serait une erreur de croire que la position de John Stuart Mill se laisse entièrement déterminer par l'état de l'opinion publique. Il faudrait, nous semble-t-il, distinguer deux attitudes chez Mill dans son rapport à l'opinion publique, selon qu'il enquête sur l'exemplarité ou la sévérité d'une peine. Autant l'exemplarité réelle du châtiment dépend inévitablement du jugement populaire, quel qu'il soit, autant la sévérité (ou cruauté) doit être déterminée objectivement par le seul calcul utilitariste. Autrement dit, le fait qu'une peine soit exemplaire ou non dépend étroitement de la manière dont les hommes se la représentent, c'est-à-dire de la façon dont son idée frappe leur imagination. Mais cela nous renseigne davantage sur la cruauté apparente de la peine que sur sa cruauté réelle. Le philosophe doit prendre en compte cette apparence dès lors qu'il recherche la punition la plus dissuasive. Mais la dissuasion, pour les utilitaristes, ne doit pas s'exercer à n'importe quel prix puisque le souci de recourir à la peine la plus économe (la moins cruelle) constitue, nous le savons, l'autre versant de l'utilitarisme pénal. Or, il n'est plus question ici chez Mill de se fonder sur l'opinion publique et l'apparence des choses. Ce point est absolument décisif : le niveau de cruauté d'une punition doit être déterminé par le calcul objectif des douleurs encourues, et non pas par les vagues conceptions de l'opinion commune. C'est pourquoi Mill développe à cet égard une argumentation qui prend le contrepied des vues les plus répandues sur la soi-disant sévérité de la peine de mort :

  • 14  Ibid., § 5.

Comment comparer, en termes de sévérité, le fait de soumettre un homme à l’angoisse courte d’une mort rapide avec le fait de l’emmurer vivant dans une tombe, où il mènera peut-être une longue et monotone vie de dur labeur, sans aucun soulagement ni récompense, privé de toutes visions et sonorités agréables, de tout espoir, si ce n’est d’une légère atténuation de son emprisonnement physique, ou d’une légère amélioration de son alimentation14 ?

23Sur ce point, Mill a parfaitement conscience que sa vérité philosophique dément la pratique la plus communément répandue, puisque tous les codes pénaux connus considèrent les travaux forcés à perpétuité comme une alternative clémente à la peine de mort. Pourtant, partout, selon lui, le jugement des hommes se fourvoie car l'imagination se focalise sur l'angoisse extrême qui précède l'exécution, oubliant par-là que le criminel exécuté, contrairement au bagnard, échappe par la force des choses à toute une série d'atroces souffrances. En somme, pour mener une comparaison rigoureuse entre l'exécution et le bagne, il convient de ne surtout pas en rester au fait (certes incontestable) que l'une ôte la vie tandis que l'autre laisse la vie sauve. Selon le raisonnement de Mill, une peine qui maintient le criminel vivant n'est pas par nature moins sévère qu'une peine qui le supprime. La simple réalité du fait biologique n'a pas en tant que telle plus de valeur que le néant. D'un point de vue utilitariste en effet, seul un certain rapport vécu entre les plaisirs et les peines peut décider de la valeur d'une existence. Il faut donc nécessairement envisager la qualité de la vie à laquelle le condamné peut s'attendre. Or, s'agissant du bagnard, la somme de ses peines l'emporte de manière tellement évidente sur la somme de ses quelques plaisirs possibles, qu'une telle existence n'est pas plus souhaitable que la mort. Si les hommes étaient en mesure de mener la comparaison de manière moins partielle et réductrice, ils seraient davantage horrifiés par des années de peines inqualifiables que par un moment extrême d'angoisse. Bref, il convient d'inverser le préjugé habituel : c'est la peine de mort qui est moins cruelle puisqu'elle implique un niveau moindre de souffrances que les travaux forcés à perpétuité. Si bien que Mill peut affirmer :

  • 15  Ibid., § 6.

Il n’existe selon moi, hormis la peine de mort, aucune autre peine dont l’impression laissée sur l’imagination humaine soit en si grand décalage avec sa sévérité réelle15.

24Non seulement le philosophe ne doit pas fléchir face à l'illusion populaire qu'il révèle, mais le législateur et lui doivent s'en servir en faveur de l'intérêt général. Mill intègre parfaitement à sa réflexion la nécessité de faire fond sur certaines apparences :

  • 16  Ibid., § 5.

une des raisons les plus fortes de recommander un châtiment, c'est qu'il paraisse plus sévère qu'il n'est en réalité ; car sa force pratique dépend bien moins de ce qu'il est en réalité que de la façon dont il est perçu16.

25A la faveur de l’analyse millienne, il apparaît ainsi que Bentham se retrouve dans la position pour le moins délicate qui était déjà celle de Beccaria : en prônant explicitement la substitution du bagne à la peine de mort, il se fait l'avocat d'une punition encore plus cruelle. Dans ces conditions, l'affaire peut sembler entendue : Bentham n'aurait pas su tirer les conclusions qui s'imposaient et John Stuart Mill aurait eu le mérite d'avoir rétabli de l'ordre et de la cohérence au sein de la maison utilitariste. Paradoxalement, c'est donc Stuart Mill qui aurait su le mieux tirer les conséquences du principe de moindre cruauté. En ce sens, sa défense de la peine de mort serait plus fidèle à l'orthodoxie utilitariste. Pourtant, il ne nous semble pas possible de souscrire complètement à cette conclusion. A y regarder de plus près, il n'est pas du tout évident que l'argumentaire de Mill l'emporte réellement du point de vue de sa cohérence. A ce stade, nous estimons que l'origine de leur désaccord ne se situe ni dans une plus ou moins grande fidélité à l'utilitarisme, ni dans un manque de cohérence de la part de l'un ou l'autre. En réalité, il n'en est rien et nous avons affaire à deux argumentaires ayant chacun leur propre cohérence. Seulement Bentham, tout en reconnaissant lui aussi qu'une exécution rapide est en réalité moins sévère que le bagne, choisit de privilégier non pas le point de vue illusoire de la foule, mais l'opinion plus lucide des criminels endurcis. Le réalisme benthamien n'est pas moins fort que celui de John Stuart Mill : s'il décide de passer outre l'avis de la foule, c'est qu'en définitive l'opinion de cette dernière en matière de sévérité des peines importe bien moins que ce qu'en pense la catégorie des hommes les plus susceptibles de commettre des crimes atroces. Il s'avère donc vain de rechercher quel serait le plus « idéaliste », ou disons le moins « réaliste » des deux philosophes. Leur divergence renvoie à deux manières de se rapporter au préjugé populaire sur la sévérité de la peine capitale. Tandis que Bentham invoque une raison de privilégier la vérité sur l'apparence, John Stuart Mill estime que c'est toujours la sévérité apparente qui importe. Ils diffèrent au fond sur leur manière d'être réalistes. Pour l'un, il s'agit de considérer l'opinion du plus grand nombre, tandis que pour l'autre, l'efficacité pénale exigeait plutôt de privilégier le sentiment des hommes constituant un réel danger.

3.2. La pitié mal placée

26Pour expliquer la genèse de l'illusion populaire sur la soi-disant sévérité éminente de la peine de mort, nous avons jusqu'ici mis l'accent sur la tendance générale à la focalisation, laquelle conduit à accorder une importance démesurée à l'angoisse du condamné à mort, au regard d'une vie de bagnard vouée à la souffrance. Mais John Stuart Mill ne se contente pas de ce premier élément d'explication et pousse plus avant son enquête sur la naissance de ce qu’il tient pour un préjugé. Ce qu'il montre, c'est que cette tendance à la focalisation s'enracine à son tour dans une passion, dans un affect non maîtrisé. C'est en effet sous l'influence de la pitié que le jugement populaire s'égare. En l'occurrence, tout se passe comme si les hommes sympathisaient plus spontanément avec la souffrance courte mais très intense du condamné à mort qu'avec celle du bagnard. Notre compassion se dirige plus naturellement vers celui qui doit affronter l'angoisse de sa mort imminente :

  • 17  Ibid., § 4.

Peu d’entre nous, me semble-t-il, se risqueraient à proposer comme sanction au meurtre une peine moindre que l’emprisonnement et les travaux forcés à perpétuité ; tel est le sort auquel serait voué le criminel, du fait de la pitié qui nous fait reculer devant sa mise à mort. Mais a-t-on suffisamment considéré de quel type de pitié il s’agit, et quel genre de vie elle lui laisse17 ?

27Lors de son discours, Mill envisage la peine de mort à partir de deux points de vue distincts. On peut prendre en compte soit l'intérêt de l'individu condamné, soit celui de la société. S'agissant de l'individu concerné, c'est le principe de moindre cruauté qui doit valoir, tandis que le point de vue social requiert bien sûr une efficacité maximale en termes de prévention. Or la pitié a ceci de néfaste que sous son influence, nous risquons de n'obéir à aucun de ces deux principes fondamentaux de l'utilitarisme pénal. Elle est donc jugée ici très mauvaise conseillère tant elle s'avère incapable de considérer le bien réel de la société et du condamné. S'agissant de ce dernier, nous avons déjà vu, nous n'y revenons pas, comment la pitié empêche le plus souvent de voir son intérêt à long terme, lequel ne consiste certainement pas, selon Mill, dans une condamnation aux travaux forcés à perpétuité. Mais s'agissant de la société et de sa capacité à prévenir la criminalité par des sanctions appropriées, le philosophe mentionne un effet négatif de la pitié, certes non intentionnel, mais tout à fait prévisible. Il estime en effet que si la société renonce à exécuter les criminels, la pitié se fera à nouveau ressentir et empêchera cette fois que l'on condamne les assassins à des peines réellement perpétuelles. Si tel était le cas, la réponse pénale aux crimes les plus atroces ne serait plus suffisamment efficace. Le risque est en quelque sorte de voir la pitié s'étendre indûment, au sens où elle finirait par entrer en contradiction avec la finalité même de la justice. Il nous semble donc que le maintien de la peine de mort est envisagé ici comme l'indispensable obstacle à un excessif adoucissement des peines. Mill estime certainement que seule sa position permet d'éviter à l'institution judiciaire toute cruauté inutile sans pour autant devenir faible et contre-productive.

28Ainsi, la capacité de se mettre à la place d'autrui et de participer dans une certaine mesure à ses souffrances ne constitue donc pas, à elle seule, une garantie suffisante que l'on traitera réellement autrui de la manière la plus humaine possible. La pitié a certes pour but d'alléger la souffrance d'autrui, ce qui est certainement louable, mais elle a le défaut d'être prisonnière du court terme. C'est donc une première raison de ne pas se laisser guider aveuglément par elle. D'autre part, comme nous venons de le voir, la logique de la compassion, livrée à elle-même, finit par entrer en conflit avec la raison d'être de la justice pénale. La pitié et les bons sentiments ne sauraient donc faire l'économie du calcul rationnel des plaisirs et des peines.

29C'est là un point absolument décisif pour comprendre l'argumentaire de Stuart Mill : les sentiments naturels ne constituent pas des guides infaillibles de l'action humaine.L'utilitarisme, il faut le rappeler, est une forme de rationalisme moral qui s'oppose à cet égard à toute forme de morale du sentiment. Autrement dit, les actions tirent leur légitimité de leur conformité à un principe rationnel. L'influence de sentiments tels que la pitié est incontestable mais elle relève de l'ordre des faits, de ce qui est, et non pas de ce qui doit être. Pour les utilitaristes, les sentiments naturels ne constituent pas en eux-mêmes de bonnes normes. C'est pourquoi la raison peut légitimement condamner une action ou un jugement quand bien même ils seraient le pur produit de la pitié. Il est clair notamment que l'on peut très bien, par sympathie, réaliser une action contraire au principe d'utilité. C'est le cas, comme nous l'avons vu, si une peine trop clémente ne permet pas d'atteindre le degré optimal de dissuasion. En tout état de cause, le discours parlementaire de Stuart Mill est ici dans la continuité de ses écrits théoriques. En effet, si la pitié et les sentiments naturels n'ont pas à nous dicter nos jugements et nos décisions, c'est que la nature en général n'a aucun caractère normatif pour John Stuart Mill. C'est ce qu'il rappelle, par exemple, dans le dernier chapitre de L'utilitarisme :

  • 18  Mill, John Stuart, L'utilitarisme [1863], chap. V, trad. Catherine Audard (Paris, PUF, 1998), p. 1 (...)

Que nous soyons dotés par la nature d'un sentiment ne légitime pas nécessairement toutes ses impulsions18.

30L'impulsion naturelle, quelle qu'elle soit, doit encore être régie et éclairée par la raison. Et cela vaut tout autant pour les élans compassionnels que pour le sentiment de justice. Sans compter que sous les mots « naturel » et « contre-nature », les hommes se sont bien souvent contentés de ranger leurs préjugés. On s'aperçoit que ce qui est perçu comme naturel correspond en définitive à ce qui est admis dans une société donnée, en particulier chez ceux qui s'y trouvent en position dominante. Pour éviter toutes ces confusions funestes, il convient donc de rappeler que c'est la raison humaine qui décide des finalités légitimes de l'action, ainsi que des moyens les plus adéquats de les réaliser.

3.3. Un courage d’être rationnel ?

  • 19  Mill, John Stuart, Plaidoyer en faveur de la peine capitale, § 11.

31Les considérations précédentes montrent que selon Mill, la tendance générale des Lumières à l'adoucissement des lois et des mœurs doit se voir imposer des limites. Malgré toute la sympathie qu'il affiche à l'égard des « philanthropes », il considère que la philosophie doit trancher les questions pratiques en se référant d'abord au principe rationnel d'utilité. La limite qu'il convient d'imposer à la logique de la compassion envers le criminel est donc aisée à déterminer dans le cadre d'une philosophie utilitariste : l'adoucissement doit cesser dès lors qu'il devient contre-productif sur le plan collectif. S'il reconnaît le rôle positif de la compassion dans le processus de modération des peines, John Stuart Mill s'inquiète tout autant d'un excès de sentimentalisme, dont le risque est d'affaiblir l'institution judiciaire dans son combat contre le crime. C'est pourquoi son discours contient à plusieurs reprises des allusions plus ou moins explicites au manque de courage et de virilité de ses contemporains. La peur de mourir ainsi que celle d'infliger la mort à autrui, sont perçues ici comme des symptômes d'un affaiblissement général des caractères. A ce propos, Mill prédit que si la peine de mort devait un jour disparaître, les abolitionnistes n'obtiendraient leur victoire qu'au prix d'un « affaiblissement et d'une féminisation des esprits » (an enervation, an effeminancy, in the general mind of the country)19. C'est, à notre connaissance, la première formulation d'un argument qui fera florès chez les défenseurs de la peine de mort au siècle suivant. De ce point de vue, l'abolitionniste est présenté comme un être victime de sa sensiblerie et incapable de vouloir virilement ce que sa raison lui dicte. Mill va donc jusqu'à suggérer que l'opposition entre partisans et adversaires de la peine de mort recouvre celle entre masculinité et féminité. Le « féminin » est ici clairement assimilé à la prédominance des sentiments sur la raison et au manque de courage face à l'application d'une peine certes terrifiante mais nécessaire. En ce sens, il déclare encore :

  • 20  Ibid., § 11, nous soulignons.

Car n'est-ce pas le signe d'une féminisation que d'être bien plus choqué par le fait de prendre la vie d'un homme que de le déposséder de tout ce qui rend la vie désirable et digne d'être vécue20 ?

  • 21  Ibid., § 12.

32De la même manière, il fustige la mentalité de l'époque qui voit dans la mort le pire des maux. Mill laisse entendre que la vie en elle-même n'est pas, à ses yeux, ce qu'il y a de plus précieux. Il existe certainement de grandes valeurs (la justice ? la liberté ? la beauté ?) sans lesquelles la vie, au sens simplement biologique du terme, n'a précisément pas de valeur. Or tout se passe comme si les hommes modernes étaient de moins en moins disposés à risquer leur vie « pour une cause suffisamment noble21 ». Il le regrette et constate que les réticences nouvelles à infliger la mort aux assassins sont un avatar de cet affaiblissement général des mœurs. Par rapport aux Anciens, les Modernes seraient tombés dans une forme inverse d'excès. Tandis que ceux-ci risquaient trop facilement leur vie, nous sommes désormais trop attachés à la vie en tant que telle :

  • 22  Ibid.

Ainsi, la mort est-elle le pire des maux sur cette terre ? Est-ce vraiment si épouvantable de mourir ? Cela n'a-t-il pas constitué un des aspects les plus importants de notre éducation, que de nous faire mépriser la mort et, si tant est qu'elle soit un mal, de ne pas la considérer comme faisant partie des plus grands maux ? Ne nous enseigne-t-on pas à considérer la mort comme un événement inévitable et à donner ou risquer notre vie pour une cause suffisamment noble22 ?

33Ainsi Mill déplore-t-il la tendance moderne à sacraliser la vie en tant que telle au détriment de valeurs supérieures pour lesquelles les hommes du passé étaient prêts, le cas échéant, à risquer la mort. Au fond, nous ne sommes pas loin ici de ce que Tocqueville nommait le « matérialisme », au sens « vulgaire » et non pas philosophique.

34Notons pour finir que cette thématique de l'affaiblissement du caractère et du manque de force morale des abolitionnistes ne manquera pas d'être exploitée à l'avenir par les plus éloquents des partisans de la peine capitale. Mais que vaut finalement cet argument ? Reconnaissons que sa valeur est principalement rhétorique. Comme Mill lui-même ne cesse de le souligner, le fait qu'une décision nous fasse plaisir ou non, qu'elle soit adéquate ou inadéquate à nos sentiments naturels, n'a tout simplement rien à voir avec la justice, dès lors que celle-ci est censée être d’ordre rationnel. Cela vaut donc dans les deux sens et le fait qu'une action exige un effort psychologique de la part de l'agent ou de ceux qui l'approuvent ne nous dit rien sur son caractère juste ou injuste.

Conclusion

35Nous nous sommes limité ici à une analyse des raisons pour lesquelles John Stuart Mill estimait, contre Beccaria et Bentham, que le principe d’utilité conduisait à justifier la peine de mort. Certes, une vue plus complète de son argumentaire exigerait en outre de prendre en compte les éléments apparemment les plus éloignés de la pensée utilitariste afin d’en examiner l’importance. A cet égard, il conviendrait notamment de souligner la façon dont Mill fait jouer les notions de « dignité » humaine et de « mérite » en faveur de la peine de mort, moyennant des prises de positions tout à fait différentes de celles de Bentham. Il est clair en effet qu’en liant la « dignité » de l’homme non pas à la simple capacité d’éprouver du plaisir et de la peine, mais à la vie plus ou moins noble que l’on choisit de mener – selon que l’on cultive ou non des qualités intellectuelles, esthétiques et morales -, Mill fait de la dignité un attribut qu’il est possible de perdre absolument par sa propre faute, ce qui peut justifier selon lui que l’on exécute certains criminels ne « méritant » précisément plus de vivre. Autrement dit, le droit à la vie est de nature tout aussi conditionnelle que la dignité elle-même. Mais l’on aurait tort d’en conclure que Mill n’a soutenu la peine de mort qu’au prix d’un élargissement de la réflexion éthique à d’autres principes que celui de l’utilité. Car ce que révèle au contraire le discours de Mill, c’est que la logique utilitariste peut tout à fait suffire à justifier la peine de mort pourvu que l'on considère ce châtiment comme relativement moins cruel que d'autres peines auxquelles on juge bon de le comparer. Autrement dit, quand bien même la pensée de Mill serait bien plus imprégnée de libéralisme et de rétributivisme que celle de Bentham, il serait injuste d’y voir la seule raison de son soutien à la peine capitale. Pour notre part, nous y voyons plutôt le signe que l’utilitarisme, s’il a incontestablement permis de justifier l’adoucissement des lois pénales dans de nombreux pays, n’est pas intrinsèquement lié à l’abolition de la peine de mort.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires :

BECCARIA, Cesare, Des délits et des peines, [1764], trad. fr. Maurice Chevallier (Paris, GF, 1991)

BENTHAM, Jeremy, Introduction aux principes de morale et de législation, [1789], trad. du Centre Bentham (Paris, Vrin, 2011)

BENTHAM, Jeremy, Théorie des peines et des récompenses, 2 vol. , Londres, Vogel et Schulze, 1811 (Rééd., Elibron Classics, 2006)

MILL, John Stuart, Essai sur Bentham, [1838], trad. P. Thierry (Paris, PUF, Coll. « Quadrige », 1998)

MILL, John Stuart, Letter to Robert Barclay Fox, 6th May 1841, in Collected Works of John Stuart Mill, éd. J.M. Robson (Toronto, University of Toronto Press, London : Routledge and Kegan Paul, 1963-1991), 33 vol, vol. XIII, p. 266-272.

MILL, John Stuart, L'utilitarisme, [1863], trad. C. Audard (Paris, PUF, Coll. « Quadrige », 1998)

MILL, John Stuart, « Speech in favour of Death Penalty », [1868], in Collected Works of John Stuart Mill, op. cit., vol. XXVIII, p. 266-272. Traduction de Benoît Basse, Plaidoyer en faveur de la peine capitale. in Revue d’études benthamiennes, 13, 2014.

MILL, John Stuart, La Nature, [1874], trad. E. Reus (Paris, La Découverte, 2003)

Sources secondaires :

AUDEGEAN, Philippe, La philosophie de Beccaria. Savoir punir, savoir écrire, savoir produire (Paris, Vrin, 2010)

BEDAU, Hugo Adam, « Bentham’s utilitarian Critique of the Death Penalty », in Bentham : moral, political and légal philosophy, vol. II (éd. Ashgate, 2002)

CLARK, Michael, « Mill on Capital Punishment : Retributive Overtones ? », Journal of the History of Philosophy, vol. 42, n° 3, 2004, p. 327-332.

DERRIDA, Jacques et ROUDINESCO Elisabeth, De quoi demain...Dialogue, chap. 8 (Paris, Fayard, 2001, rééd. Champs Flammarion, 2003)

FRY, Margery, « Bentham and english penal Reform », in Jeremy Bentham and the law. A symposium (London, Stevens and Sons Limited, 1948), p. 20-57.

PORRET, Michel, Beccaria. Le Droit de punir (Paris, Editions Michalon, 2003)

SORELL, Tom, Moral Theory and Capital Punishment (Oxford, Blackwell, 1987)

SORELL, Tom, « Aggravated Murder and Capital Punishment », in Journal of Applied Philosophy, vol. 10, oct. 1993, p. 201-213.

TÄNNSJÖ, Torbjörn, « Capital Punishment », in The Oxford Handbook of Philosophy of Death, edited by Ben Bradley, Fred Feldman and Jens Johansson (Oxford University Press, 2012)

THOMPSON, Dennis F., « Mill in Parliament. When Should a Philosopher Compromise ? », in J. S. Mill's political thought, edited by Nadio Urbinati and Alex Zakaras (Cambridge University Press, 1987), p. 166-199.

TRIMAILLE, Gilles, « La peine de mort dans la doctrine utilitariste de Jeremy Bentham», in Corpus, revue de philosophie, revue publiée avec le concours de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense, n° 62, mis en œuvre par Luigi Delia et Fabrice Hoarau, 2012, p. 215-229.

Haut de page

Notes

1  Mill, John Stuart, Letter to Robert Barclay Fox, 6th May 1841, in Collected Worksof John Stuart Mill, éd. J.M. Robson (Toronto, University of Toronto Press, London : Routledge and Kegan Paul, 1963-1991), 33 vol, vol. XIII, p. 318, nous traduisons.

2  Ogien, Ruwen, La panique morale (Paris, Grasset, 2004, p. 256)

3  Sorell, Tom, Moral Theory and Capital Punishment (Oxford, Blackwell, 1987), p. 99, nous soulignons.

4  Ibid.

5  Voir Michael Clark, « Mill on Capital Punishment : Retributive Overtones ? », Journal of the History of Philosophy, 42, July 2004, p. 330.

6  Mill, John Stuart, Plaidoyer en faveur de la peine capitale, traduction de B. Basse, dans ce volume, §3. .

7  Ibid., § 3.

8  Cette stratégie de relativisation de la cruauté se retrouve plutôt chez des penseurs utilitaristes puisqu'elle leur permet de présenter l'exécution du criminel comme une peine plus « économique » en termes de souffrances infligées et donc plus humaine que la prison à perpétuité notamment. Au contraire, les défenseurs « rétributivistes » de la peine de mort semblent plus disposés à assumer son caractère cruel dans la mesure où elle constitue à leurs yeux la seule peine capable de compenser au mieux l'horreur du crime commis et que, d'autre part, le criminel mérite cette cruauté.

9  Beccaria, Cesare, Traité des délits et des peines, op. cit [1764], trad. fr. Maurice Chevallier (Paris, GF, 1991), p. 128.

10  Ibid., p. 66.

11  Derrida, Jacques, De quoi demain... Dialogue (Paris, Fayard, 2001, rééd. Champs Flammarion, 2003), p. 242, nous soulignons.

12  Bentham, Théorie des peines et des récompenses, 2 vol., Londres, Vogel et Schulze, 1811 (Rééd., Elibron Classics, 2006), Tome 1, pp. 235 et 251-254.

13  Mill, John Stuart, Plaidoyer en faveur de la peine capitale, § 4.

14  Ibid., § 5.

15  Ibid., § 6.

16  Ibid., § 5.

17  Ibid., § 4.

18  Mill, John Stuart, L'utilitarisme [1863], chap. V, trad. Catherine Audard (Paris, PUF, 1998), p. 100.

19  Mill, John Stuart, Plaidoyer en faveur de la peine capitale, § 11.

20  Ibid., § 11, nous soulignons.

21  Ibid., § 12.

22  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Basse, « John Stuart Mill et la question de la cruauté de la peine de mort », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/683 ; DOI : 10.4000/etudes-benthamiennes.683

Haut de page

Auteur

Benoît Basse

Docteur en philosophie (Université Paris Ouest La Défense)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org