Navigation – Plan du site
Compte rendus / Book reviews

Ethics for a Broken World, Imagining Philosophy After Catastrophe, T. Mulgan

Benjamin Bourcier
Référence(s) :

Tim Mulgan, Ethics for a Broken World, Imagining Philosophy After Catastrophe. Durham: Acumen, 2011. 228 pp.ISBN 9781844654888.

Texte intégral

  • 1  « Broken World » est traduit « monde en ruine » (cf. Utilitarisme pour un monde en ruine, T. Mulga (...)
  • 2  Tim Mulgan est professeur de philosophie morale et politique à l’Université de St Andrews (Ecosse) (...)

1Imaginez un homme ou une femme du futur, étudiant(e) en philosophie et assistant à ses premiers cours de philosophie morale et politique. Imaginez ce cours donné par un(e) professeur(e), les remarques des étudiant(e)s à propos de telle thèse, tel argument. Imaginez leurs sourires, leurs réactions de stupéfaction ou de scandale, leurs blagues… Imaginez à présent que ces réactions expriment aussi le fait qu’ils étudient ceux-là même qui ont ruiné leur monde, c’est-à-dire ceux qui ont causé un changement climatique aux effets dévastateurs. Leur monde est ruiné au sens où leur société ne jouit pas de conditions favorables (la satisfaction des besoins élémentaires est devenue problématique), les conditions climatiques ont bouleversé les territoires et la carte du monde contraignant les hommes à s’adapter à leur milieu, enfin, la diversité des formes de vie naturelle est très fortement réduite, de très nombreuses espèces ont disparu. Le « monde en ruine1 » est un contexte spécifique qui est au cœur du projet utilitariste de Mulgan2. Trouvant son origine dans un travail sur les exigences de l’utilitarisme et en métaphysique sur les dimensions temporelles et modales en philosophie morale et politique, l’expérience de pensée « le monde en ruine » est mise en scène dans ce cours et nous incite à penser notre relation aux générations futures. Ce livre ne veut pas défendre une thèse mais présenter sous la forme du manuel destiné à l’étudiant de Licence un travail analytique et critique où les questions classiques de philosophie morale et politique sont remises en question et déplacées à partir de l’expérience de pensée mise en place.

  • 3  Nous traduisons « affluent age » par « âge de l’abondance ». L’ « âge de l’abondance » est l’expre (...)

2Si, au premier abord, l’ouvrage peut rebuter par son caractère ‘science-fiction philosophique’, l’expérience de pensée se révèle positive car le manuel échappe à la pensée froide et à l’exposé synthétique faisant l’inventaire des positions philosophiques. Plus fondamentalement, l’expérience de pensée a pour but d’instaurer une « pensée à la place de », c’est-à-dire une réciprocité des positions où l’étudiant d’aujourd’hui et l’étudiant du futur se confrontent sur des théories et arguments hérités d’un socle commun et discutés à partir de deux contextes différents. Il s’agit de rendre sensible et stimulant l’examen de nos intuitions morales à partir de ce point de vue du « monde en ruine ». Ainsi, malgré l’abstraction et la distance qui nous sépare de cet autre inexistant et futur, la mise en scène du cours futur et de ces étudiants futurs est engageante. Le ton incisif et les critiques parfois acerbes faites par les hommes du futur participent à rendre cette expérience de pensée stimulante. Les étudiants du futur jugent les théories (et les défenseurs que nous sommes) issues de « l’âge de l’abondance3 » comme nous pouvons juger les racistes, esclavagistes et leurs théories. C’est là pour Mulgan la fonction de l’expérience de pensée qui est de faire apparaître la contingence de nos idéaux moraux et politiques, et en ce sens, elle a bien pour rôle d’enquêter sur nos intuitions morales et politiques. Mais cette expérience de pensée a aussi un effet psychologique qui est non seulement inhérent à la forme de ce manuel mais au projet philosophique dans lequel est engagé Mulgan.

3L’exploration philosophique du « monde en ruine » participe malgré lui d’un ton et d’un imaginaire catastrophiste qui peut provoquer la répulsion immédiate. De plus, jeté sur le banc des accusés, le lecteur peut être enclin à refuser le débat proposé visant à relire et à réinterroger autrement certains concepts comme certaines théories classiques et contemporaines. A l’inverse, l’expérience de pensée se révèle très stimulante et intéressante si le lecteur accepte de discuter sans préjugés et sans concession avec les protagonistes de ce cours futur.

4Comme le précise l’auteur dans la préface, trois éléments distinguent donc fortement ce livre des autres introductions classiques de philosophie morale et politique (Préface, p. x). Tout d’abord, les questions intergénérationnelles constituent le cœur de l’ouvrage. C’est en se confrontant à ce cours futur avec ces étudiants futurs et à leurs réactions que la réflexion sur les droits (Partie I), l’utilitarisme et le bien-être (Partie II), les théories du contrat social (Partie III), la démocratie (Partie IV) porte à critiquer certaines thèses philosophiques et à réévaluer l’éthique intergénérationnelle. Mulgan a ensuite procédé à une sélection de doctrines philosophiques qui prétend « représenter » notre monde contemporain. Ce faisant, la sélection est assez réduite, elle vise toutefois à présenter les doctrines qui, d’une manière ou d’une autre, sont directement liées à « l’âge de l’abondance » caractérisé par le triomphe des démocraties libérales capitalistes (l’ouvrage se concentre alors sur la tradition libérale : T. Hobbes, J. Locke, R. Nozick, J. Rawls, J. Bentham, J. S. Mill). Enfin, le ton adopté n’est pas neutre ce qui sert à la fois l’expérience de pensée et stimule l’examen des arguments.

5Par delà l’objectif d’introduire à la philosophie morale et politique à partir du prisme de l’éthique intergénérationnelle, ce livre constitue une bonne introduction à la philosophie utilitariste et à la réflexion de son auteur. Nous présenterons la pensée de Mulgan en trois points.

  • 4  Peter Singer, Famine, affluence and morality, Philosophy and Public Affairs, vol.1, n°1 [Spring 19 (...)

6L’utilitarisme de Mulgan comme celui de Peter Singer pense un monde moral très étendu. Si pour Singer4 la distance géographique et les frontières étatiques sont neutres moralement, pour Mulgan, le bien-être des générations futures comme le bien-être des individus présents ont même valeur et comptent autant moralement. La réflexion de ces deux philosophes utilitaristes contemporains sur la responsabilité morale et nos obligations morales met à mal la primauté accordée à l’expérience du sujet éthique car à travers l’espace pour l’un et à travers le temps pour l’autre, le bien-être est l’élément premier déterminant notre responsabilité et nos obligations au mépris de notre expérience subjective. En ce sens, l’extension du monde moral pose un problème de motivation morale pour le sujet.

  • 5  Utilitarisme pour un monde en ruine, p. 249.

7Mulgan s’oppose à une hypothèse optimiste et traditionnelle en philosophie morale et politique. Les générations futures seraient dans une situation meilleure que la nôtre. Le scénario du « monde en ruine » n’est pas « fantaisiste » et remet en question cette hypothèse. « En raison du changement climatique généré par notre espèce, il est très probable que nous laisserons derrière nous un monde absolument en ruine. Notre monde actuel ne l’est pas : les besoins de tous peuvent être satisfaits.5 » La philosophie morale et politique doit considérer les conséquences du changement climatique et par là repenser les questions traditionnelles de philosophie morale et politique. La remise en question de cette hypothèse optimiste s’accompagne d’une critique du capitalisme (la productivité capitaliste ne garantit pas des conditions favorables pour les sociétés humaines et leur stabilité politique, elle engendre des conflits entre les générations futures et présentes) et d’une critique de la démocratie libérale (la démocratie promeut davantage le bien-être présent que le bien-être futur et méprise le pouvoir qu’elle exerce sur les générations futures).

  • 6  Utilitarisme pour un monde en ruine, p. 251.
  • 7  Z est une population très importante jouissant d’un faible bien-être. A est une population moins i (...)
  • 8  Utilitarisme pour un monde en ruine, p. 246.

8Mulgan appartient à la tradition utilitariste et reprend à son compte la recherche de la maximisation du bonheur (le plus grand bonheur pour le plus grand nombre). « Maximiser le bonheur » est une expression équivoque. Qu’est-ce que maximiser, est-ce une opération quantitative ou qualitative ? Mulgan analyse de manière critique cette difficulté. Si « les utilitaristes veulent toujours que chaque vie soit aussi bonne que possible6 », il ne faut pas pour autant que la maximisation soit une pure opération quantitative résultant sur la « conclusion répugnante » (cf. Derek Parfit, Reasons and Persons, Oxford University Press, 1984). C’est-à-dire qu’il ne faut pas que la quantité remplace la qualité7. Le projet de Mulgan vise alors à ce que les exigences morales dans les sociétés présentes comme pour les générations futures soient pensées à partir d’un « seuil lexical » permettant que leurs vies respectives soient aussi bonnes que possible. Pour Mulgan, le « seuil lexical » permet de qualifier ce qu’est une vie bonne pour les générations futures comme pour les générations présentes. Mulgan transforme la réflexion sur le statut normatif et descriptif du principe d’utilité avec ce concept de « seuil lexical ». « Pour éviter la conclusion répugnante, il nous faut un seuil lexical. A partir du moment où il y a assez de vies au-dessus de ce seuil, aucune quantité de vies médiocres ne pourra le surpasser en valeur. La qualité l’emporte sur la quantité. A est meilleur que Z. Mais où situer le seuil lexical ?8 » Pour Mulgan, le « seuil lexical » dépendra du contexte (l’âge de l’abondance ou le monde en ruine sont deux contextes différents et chaque contexte met en jeu des intuitions morales différentes) et il est adopté dans un contexte délibératif particulier. Comment situer « le seuil lexical » ? Quel contenu revêt alors les exigences morales pour les sociétés présentes et les générations futures ? C’est à ces questions que le lecteur doit répondre.

Haut de page

Notes

1  « Broken World » est traduit « monde en ruine » (cf. Utilitarisme pour un monde en ruine, T. Mulgan, in, Deux siècles d’utilitarisme, dir. Malik Bozzo-Rey et Emilie Dardenne, 3ème partie, pp. 245-256, PUR, 2010).

2  Tim Mulgan est professeur de philosophie morale et politique à l’Université de St Andrews (Ecosse) et à l’Université d’Auckland (Nouvelle Zélande). Son travail porte sur les exigences de l’utilitarisme et sur les obligations envers les générations futures (cf. The Demands of Consequentialism, Oxford University Press, 2001 ; Future People, Oxford University Press, 2006).

3  Nous traduisons « affluent age » par « âge de l’abondance ». L’ « âge de l’abondance » est l’expression qu’utilise Mulgan pour référer à notre monde contemporain (fin XXème, début XXIème).

4  Peter Singer, Famine, affluence and morality, Philosophy and Public Affairs, vol.1, n°1 [Spring 1972], pp. 229-243.

5  Utilitarisme pour un monde en ruine, p. 249.

6  Utilitarisme pour un monde en ruine, p. 251.

7  Z est une population très importante jouissant d’un faible bien-être. A est une population moins importante que Z ayant un niveau de bien-être élevé. La conclusion répugnante que doit éviter toute théorie morale est celle qui juge Z préférable, ayant une plus grande valeur que A. L’utilitarisme de la somme des profits (ou utilitarisme total) n’évite pas la « conclusion répugnante » puisqu’il privilégie l’opération quantitative (le bonheur est maximisé si la population est la plus grande) et non la qualité (le niveau de bien-être et la nature de ce bonheur).

8  Utilitarisme pour un monde en ruine, p. 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Bourcier, « Ethics for a Broken World, Imagining Philosophy After Catastrophe, T. Mulgan », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/646

Haut de page

Auteur

Benjamin Bourcier

Doctorant en philosophie, Université de Rouen et Université Catholique de Lille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Droits réservés

Haut de page