Navigation – Plan du site
Compte-Rendus / Book reviews

Krister Bykvist, Utilitarianism: A Guide for the Perplexed

Londres, Continuum Books, 2010
Malik Bozzo-Rey
Référence(s) :

Krister Bykvist, Utilitarianism: A Guide for the Perplexed, London: Continuum Books, 2010, 176p. ISBN: 978-0-8264-9808-3, £14,99

Texte intégral

  • 1  Comment ne pas penser ici à la « repugnant conclusion » chère à Derek Parfit ?

1Le titre de cette collection – A Guide for the Perplexed – semble particulièrement adapté pour aborder la question de l’utilitarisme. S’il fait en effet partie des théories les plus influentes en éthique, il n’a pas manqué d’être sévèrement critiqué quand il n’a pas été rejeté violemment.1 Si l’on pouvait s’attendre à la lecture de ce livre à une défense en règle de l’utilitarisme dans le but de convaincre les « perplexes », force est de constater qu’il n’en est rien. Ou plus précisément que les choses s’avèrent beaucoup plus nuancées. Krister Bykvist fait d’ailleurs preuve d’une honnêteté exemplaire puisqu’il reconnaît dans son introduction qu’il n’est « pas un utilitariste convaincu mais qu’[il] pense que cette théorie a beaucoup plus d’atouts que ce que l’on pense généralement. Finalement, [il est] enclin à penser que le conséquentialisme, dans une version non-utilitariste, est préférable mais les utilitaristes ont sûrement raison d’accorder une si grande importance au bien-être. » (p.4)

2Attardons-nous d’ailleurs quelque peu sur cette introduction, certes assez classique dans sa forme et sa structure mais qui a le grand mérite d’énoncer clairement la méthodologie que va suivre l’auteur. Sa position pourrait ainsi être résumée de la manière suivante : l’utilitarisme est une théorie influente, même au-delà de la sphère éthique, mais elle fait l’objet de critiques récurrentes qui ont pour but de la disqualifier en tant que théorie éthique. Or, si l’on veut réellement faire un examen critique de l’utilitarisme il est nécessaire d’élaborer les outils de ce que l’on pourrait appeler de l’éthique comparée. C’est-à-dire qu’il va s’agir dans un premier temps de reconnaître que, si l’utilitarisme doit faire face à des problèmes extrêmement importants et complexes, il ne faudrait cependant pas considérer que ce n’est pas le cas des autres théories éthiques ; pour dans un deuxième temps définir de quelle manière il est possible de mettre à l’épreuve une théorie morale, ce qui implique également de pouvoir identifier les buts de cette même théorie. Dès lors, Krister Bykvist se donne comme objectif non pas d’exposer l’ensemble des variantes de l’utilitarisme en proposant un exposé exhaustif de toutes les variations qu’il aurait pu subir depuis les versions « classiques » de Jeremy Bentham ou de John Stuart Mill mais d’étudier comment une version de l’utilitarisme – l’utilitarisme de l’acte qui vise la maximisation du bien-être – peut répondre à l’ensemble des objections. Bien évidemment, il serait aisé de lui rétorquer que l’utilitarisme a évolué et s’est transformé pour, justement, répondre à ces objections. Mais, à nouveau, l’auteur explicite son choix de manière transparente : cette version est celle qui a reçu le plus de critiques et il considère qu’il s’agit, en fin de compte, de la meilleure version de l’utilitarisme.

3Second point méthodologique important, l’auteur souhaite s’affranchir d’une certaine démarche historicisante, qui souhaiterait proposer et étudier les différents contextes intellectuels dans lesquels l’utilitarisme a évolué, pour adopter une approche plus générale qui revient, en fait, à se concentrer sur les idées et les arguments. Ceci a une incidence directe sur la forme et la structure du livre. Sur la forme, nous pouvons constater que Krister Bykvist se situe dans une certaine tradition analytique qui peut parfois donner la part belle aux formalisations de toutes sortes – ce qui pourrait dérouter certain(e)s lecteurs(trices), à tort. Sur la structure, le livre s’articule autour de concepts ou de grandes questions : le bien-être, l’agrégation, les conséquences, les règles et la question de savoir si l’utilitarisme est un guide pour l’action auquel il est facile de se référer, si l’utilitarisme est trop exigeant ou si, au contraire, il est trop permissif. Nous voyons bien ici que nous pouvons retrouver l’ensemble des questionnements qui jalonnent toute réflexion, critique ou non, sur l’utilitarisme. Il s’agit donc bien d’identifier quelles sont les questions que doit affronter l’utilitarisme et quels sont les arguments qu’il peut mettre en avant pour se défendre.

  • 2  Nous prendrons ici pour exemple le chapitre 5 consacré à la question de l’agrégation.

4Chaque chapitre est clair et bien structuré et est construit de la manière suivante2 : après une courte introduction annonçant le plan du chapitre, l’auteur s’attache à définir la notion clé qu’il va analyser (le principe d’agrégation compris comme la somme totale des bien-être) ; il liste ensuite les objections avancées par les détracteurs de l’utilitarisme en faisant apparaître leur structure argumentative (les utilitaristes attachent trop peu d’importance au bien-être individuel, ils ne prennent pas au sérieux la distinction entre les personnes, ils traitent les personnes comme de simples réceptacles de bien-être et ils ne prennent pas en considération les relations entre les personnes). Cela lui permet à la fois d’affiner la formulation des objections et d’examiner les différents types de réponses que peut apporter l’utilitarisme, ce qui aboutit également à affiner et/ou expliciter ses positions. Par exemple, lorsque l’auteur s’intéresse à l’affirmation qui consiste à identifier les personnes à des réceptacles de bien-être, il met au jour l’une des implications du problème de l’addition des bien-être : comment augmenter le bien-être global ? Deux positions peuvent être défendues : prolonger une vie heureuse ou créer une vie heureuse. Or il s’avère que l’utilitarisme n’a pas de position sur cette question, ce qui pour certains constitue – déjà – un argument rédhibitoire contre celui-ci, pour la bonne et simple raison qu’il porte une attention égale à tous les bien-être individuels. Ceci est un point fondamental pour qui veut comprendre l’utilitarisme. En fin de chapitre, l’auteur adopte une position assez provocatrice en remettant en cause la légitimité même de la question étudiée, par exemple ici la possibilité de mesurer et de comparer différents bien-être. Chaque chapitre se conclut sur un rappel de ce qui a été abordé avant de fournir une bibliographie complémentaire. Le caractère systématique d’une telle structure peut sembler redondant mais il faut reconnaître qu’elle subit quelques variations en fonction des thématiques abordées et que celles-ci sont suffisamment riches pour ne pas donner une impression de monotonie.

5La conclusion à laquelle aboutit Krister Bykvist est aussi honnête que son introduction. Il considère que l’utilitarisme doit faire face à deux types de problèmes : les problèmes inhérents à toute théorie morale (exigence trop importante, capacité à être un guide pour l’action simple) et les problèmes qui lui sont spécifiques (capacité à rendre compte des obligations, des devoirs spéciaux et véritable théorie des conséquences). Il considère que sur ces derniers points, l’utilitarisme doit repenser radicalement ses positions.

6De manière générale, nous nous trouvons ici face à un ouvrage clair et bien structuré, intellectuellement stimulant et qui offre un large panorama des positions utilitaristes. S’il ne constitue pas une introduction à l’utilitarisme en tant que telle, sa lecture n’en est pas moins nécessaire pour toute personne souhaitant s’intéresser de près à l’utilitarisme.

Haut de page

Notes

1  Comment ne pas penser ici à la « repugnant conclusion » chère à Derek Parfit ?

2  Nous prendrons ici pour exemple le chapitre 5 consacré à la question de l’agrégation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malik Bozzo-Rey, « Krister Bykvist, Utilitarianism: A Guide for the Perplexed », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Malik Bozzo-Rey

Maître de Conférences, Université Catholique de Lille et membre du Centre Bentham

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org