Navigation – Plan du site
Compte-rendus / Book reviews

Jeremy Bentham, Selected Writings

Ed. Stephen Engelmann, Yale University Press, 2010
Emmanuelle de Champs
Référence(s) :

J. Bentham, Selected Writings, edited and with an Introduction by Stephen G. Engelmann, Yale : Yale University Press, 2010, 548p. ISBN : 978-0-300-11237-5, 12

Texte intégral

1Il faut applaudir la parution récente de ce volume publié à l’instigation de Stephen Engelmann. Pour douze euros, il met à disposition de toutes les bourses 548 pages de textes qui illustrent la modernité de la pensée de Bentham, dont près de la moitié d’inédits. Combinant des textes du philosophe avec des articles de commentateurs, l’ouvrage est une introduction aux études benthamiennes qui fait la part belle aux recherches les plus récentes. Le ‘nouveau’ Bentham présenté ici ne se veut pas exhaustif. Il reflète le dynamisme des travaux contemporains, tant sur le plan de l’établissement d’un corpus qui prend en compte les manuscrits inédits que sur celui de l’interprétation critique.

  • 1  Elie Halévy, La formation du radicalisme philosophique, Paris, PUF, 1995. t.1, p.6.
  • 2  Désormais disponible en français en version intégale, Introduction aux principes de morale et de l (...)

2La première partie rassemble des extraits de plusieurs œuvres de Bentham qui entendent illustrer la diversité des thèmes abordés par le philosophe dans sa recherche d’un « utilitarisme intégral », selon l’expression d’Elie Halévy.1 La pensée juridique de Bentham conserve la place d’honneur, avec des extraits de An Introduction to the Principles of Morals and Legislation2, du Rationale of Judicial Evidence et des Pannomial Fragments. En matière pénale, trois lettres tirées des Panopticon Letters présentent les points principaux du dispositif panoptique. La critique du jusnaturalisme est illustrée par « Nonsense Upon Stilts », les principes constitutionnels par le « Constitutional Code Rationale ». La pensée économique de Bentham est représentée par le « Manual of Political Economy », tiré de la version établie par W. Stark en 1952. L’essai « On Retrenchment » rédigé en 1828, qui conclut cette partie, porte sur la diminution du nombre de titulaires de charges publiques, un point important de la réforme constitutionnelle. Mais à l’occasion de ce texte, Bentham explique comment tous les aspects de la réforme utilitariste sont liés entre eux : le texte contient également une histoire du principe d’utilité et un rappel du principe de préservation des espérances dans la réforme utilitariste.

3Mais ce sont certainement les inédits placés au début du volume qui attireront l’attention des lecteurs. Le premier, intitulé « Sex », est consacré aux « irrégularités de l’appétence sexuelle », et dénonce le traitement pénal et religieux dont elles ont fait l’objet. Le second, « Place and Time », est l’original dont Dumont tira l’ « Essai sur les temps et les lieux en matière de législation » dans les Traités de législation civile et pénale : le lecteur francophone pourra ainsi se faire une idée des variations qu’y a apportées le traducteur : c’est notamment la critique du système colonial britannique qui a disparu de la version française.

  • 3  Certains aspects de ce projet de codification avaient été abordés dans The Province of Legislation (...)
  • 4  Jennifer Pitts, A Turn to Empire. The Rise of Imperial Liberalism in Britain and France, Princeton (...)

4La seconde partie est constituée d’essais critiques. Le premier, « Bentham and the Principle of Utility » est paru en 2003 dans Current Legal Problems, sous la plume de Philip Schofield. Il répond aux critiques exprimées notamment par G. E. Moore, et qui accusent Bentham de commettre un « sophisme naturaliste » en confondant « ce qui est » et « ce qui doit être ». En s’appuyant sur la distinction des entités réelles et fictives établies par Bentham dans sa « théorie des fictions », Schofield nous invite à reconsidérer la position de Bentham à l’aune de son propre système philosophique. Tous les autres essais sont inédits. Dans « Bentham on Codification », David Lieberman replace l’entreprise de codification poursuivie par le philosophe tout au long de sa vie au cœur de l’interprétation de son œuvre3. Jennifer Pitts, dans « ‘Great and Distant Crimes’ : Empire in Bentham’s Thought », revient sur la question de l’impérialisme de Bentham, poursuivant en cela les pistes ouvertes dans A Turn to Empire.4 Le dernier essay, dû à Mark Canuel, élargit les perspectives d’interprétation à la littérature dans « Bentham, Utility and the Romantic Imagination ». Un index nominal et surtout thématique vient souligner les nombreux rapprochements entre des thématiques que l’on pourrait – à tort – considérer comme éloignées.

5Dans sa préface, Stephen Engelmann souligne les difficultés auxquelles sont confrontés les éditeurs scientifiques qui désirent, aujourd’hui, mettre les textes de Bentham à la disposition des lecteurs. La première réside dans l’établissement du texte : la publication de deux inédits (« Sex » et « Place and Time »), tirés des manuscrits par Philip Schofield, le directeur de la publication des Collected Works of Jeremy Bentham à University College London doit être saluée. En refusant, quand cela est possible de se fonder sur les états des textes établis au XIXème siècle (et le volume est un bon exemple des limites de cette politique), cet ouvrage témoigne de la vitalité de l’entreprise éditoriale en cours sous l’égide du Bentham Project. La seconde difficulté est celle des droits : Oxford University Press, l’éditeur des Collected Works détient le copyright pour tous les textes chez Clarendon Press après 1983. La qualité éditoriale des volumes reliés parus dans cette collection, sur les plans scientifique et matériel, justifie sans doute, pour l’éditeur, les frais considérables réclamés pour toute reproduction partielle ou traduction. Pourtant, à mesure que les études sur Bentham et l’utilitarisme se développent, il faudra rendre ces textes accessibles à un lectorat plus vaste : il n’est plus possible de limiter l’acquisition des textes aux bibliothèques universitaires, ni de freiner les entreprises de traduction.

Haut de page

Notes

1  Elie Halévy, La formation du radicalisme philosophique, Paris, PUF, 1995. t.1, p.6.

2  Désormais disponible en français en version intégale, Introduction aux principes de morale et de législation, trad. du Centre Bentham, Paris, Vrin, 2011.

3  Certains aspects de ce projet de codification avaient été abordés dans The Province of Legislation Determined: Legal Theory in Eighteenth-century Britain, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

4  Jennifer Pitts, A Turn to Empire. The Rise of Imperial Liberalism in Britain and France, Princeton: Princeton University Press, 2006 / Naissance de la bonne conscience coloniale : Les libéraux français et anglais et la question impériale, 1770-1870, trad. Michel Cordillot, Parix, éditions de l’Atelier, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle de Champs, « Jeremy Bentham, Selected Writings  », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/334

Haut de page

Auteur

Emmanuelle de Champs

Université Paris 8 et Centre Bentham

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org