Navigation – Plan du site
Compte-rendus / Book reviews

Philip Schofield, Bentham: A Guide for the Perplexed

London, Continuum, 2009. 183 pages
Anne Brunon-Ernst
Référence(s) :

Philip Schofield, Bentham: A Guide for the Perplexed, London, Continuum, 2009. 183 pages, paperback, £14, ISBN : 9780826495907

Texte intégral

1L’auteur de Bentham : A Guide for the Perplexed, Philip Schofield, est spécialiste de Bentham, directeur du Bentham Project (University College London) et directeur de la publication des Collected Works of Jeremy Bentham. Comme l’indique le nom de la collection dans lequel son ouvrage est publié, A Guide for the Perplexed est un opuscule qui a l’ambition de faire connaître la pensée du philosophe utilitariste Jeremy Bentham (1748-1832) à un public de lecteur non avertis. Sept chapitres s’attèlent avec succès à la tâche de présenter des aspects plus ou moins connus de la pensée de Bentham.

2Un premier chapitre dresse un portait rapide la carrière philosophique de Bentham. Tout en s’intéressant à la naissance de Bentham à Londres en 1748, l’environnement familial dans lequel il grandit et l’éducation qu’il reçoit. Schofield essaie de mettre en relation des événements de son enfance avec des prises de positions (comme son athéisme) que Bentham adoptera adulte. Ce premier chapitre brosse ensuite un portrait des différents axes de réflexion développés par Bentham tout au long de sa carrière, de sa critique des travaux de William Blackstone, à ses considérations sur la Révolution américaine, en passant par la rédaction de l’Introduction aux Principes de Morale et de Législation, et son interrogation sur les différentes branches du droit, tout en mentionnant sa réflexion politique sur la meilleure forme de gouvernement, qui inclut sa transition vers le radicalisme et ses essais panoptiques. Le chapitre se clôt sur les écrits constitutionnels de Bentham à l’intention de toute nation.

3Une fois dressé ce portrait rapide, mais précis du philosophe, le second chapitre s’attaque à l’épineuse question de la diffusion des œuvres de Bentham. Un des problèmes majeurs pour toute étude de la pensée de Bentham est qu’il n’existe pas d’édition complète de ses écrits. Le Bentham Project édite The Collected Works of Jeremy Bentham depuis plus d’une génération, pour remplacer The Works of Jeremy Bentham (1848), publiés sous la supervision de son secrétaire particulier et exécuteur testamentaire, John Bowring. Cette nouvelle édition scientifique devrait comporter 68 volumes environ, dont 12 volumes de correspondance et 15 volumes des œuvres ont été publiés à ce jour. Schofield revient sur la distinction, maintenant acceptée, entre un Bentham historique, auquel le lecteur des éditions de Bowring ou de Dumont – son traducteur et compilateur genevois – avaient accès, et un Bentham philosophique, dont on redécouvre la pensée, grâce aux nouvelles éditions de ses œuvres à partir des manuscrits. Schofield, avec son expérience de directeur de la publication des œuvres complètes et directeur du Bentham Project, explique les raisons qui prévalent aux choix des textes et à la constitution d’un ouvrage à partir de manuscrits qui ne sont souvent que des fragments.

4Le chapitre trois s’intéresse au principe d’utilité. Il explique comment ce principe est présenté dans l’Introduction aux Principes de Morale et de Législation, et montre dans quelle mesure les travaux de Bentham sur la logique et le langage constituent en réalité le socle épistémologique de l’utilité, ce principe qui devait être lui-même le fondement de toute pensée. Le reste du chapitre lit l’œuvre de Bentham à la lumière des débats contemporains sur l’utilitarisme. Il permet ainsi de proposer une critique de l’hédonisme psychologique de Bentham, puisque selon lui, l’être humain était motivé uniquement par le plaisir et la douleur ; et une présentation de son éthique, qui définit l’action bonne comme celle qui maximise le bien-être. Une dernière partie s’intéresse à l’opposition entre un utilitarisme de l’acte, tel qu’il est présenté chez Bentham et un utilitarisme de la règle, comme on le trouve chez un John Rawls. Schofield montre combien les théories de Rawls et de Dworkin, qu’il amalgame sous le nom d’intuitionisme, sont des concurrentes idéologiques de l’utilitarisme, au même titre que le principe de sympathie, que Bentham critique vivement.

5Le chapitre suivant présente un des projets les plus connus de Bentham : le Panoptique. Dans une présentation synthétique des différentes opérations panoptiques dans le Panoptique des prisons, des pauvres ou dans la réflexion de Bentham sur l’Etat moderne, Schofield parvient à allier, élégamment, précision de la description avec présentation du contexte historique du projet benthamien au moment de son écriture et plus tard lors de sa reprise dans la législation des New Poor Laws (1834). Schofield attaque de front les critiques que Foucault a émises sur le panoptique, accusant le philosophe français d’avoir mal compris Bentham. Schofield va jusqu’à dire que le projet benthamien est anti-panoptique, le terme panoptique étant à entendre dans son sens foucaldien.

6Aucun ouvrage sur Bentham ne peut se passer d’une présentation de la théorie des fictions. C’est chose faite dans le chapitre cinq. Schofield attaque ce pan de la pensée de Bentham par l’axe des sophismes politiques. Un sophisme politique est un argument qui est utilisé dans le but de tromper son interlocuteur. Il est utilisé par des personnes qui souhaitent promouvoir leur intérêt personnel au dépends de l’intérêt de la communauté (sinister interest). Une fois encore, Schofield cherche à rapprocher du présent les théories élaborées par le philosophe anglais en offrant une collection de sophismes politiques contemporains.

7Le chapitre six titre ‘Religion and Sex’. Le titre est cependant trompeur, car le chapitre traite plus de religion que de sexualité. La fin du chapitre s’intéresse à des questions sexuelles en lien avec la religion, en particulier en ce qui concerne la sexualité de Jesus. On peut déplorer que Schofield n’ait pas consacré un chapitre aux manuscrits inexploités de Bentham sur le sexe, qu’il a transcrits. Ici Schofield utilise sa connaissance des textes inédits de Bentham sur la religion, qui ont fait dernièrement l’objet d’un volume dans les Collected Works. Il revient sur le contexte de la publication posthume des écrits de Bentham sur la religion et sur le contexte de leur rédaction. Il présente ensuite des aspects de la critique benthamienne des fondements doctrinaux de la religion chrétienne.

8Un dernier chapitre s’intéresse à l’épineuse question de la torture. Il s’ouvre sur une décision de la Chambre des Lords, la plus haute juridiction judiciaire du Royaume-Uni, sur l’admissibilité dans une juridiction anglaise de preuves obtenues sous la torture (A (FC) v. Secretary of State for the Home Office (2005) UKHL). Schofield montre comment, si l’utilitarisme benthamien semblerait justifier la torture, la réflexion de Bentham sur l’admissibilité de preuves exclut toute preuve acquise sous la torture au titre qu’elle n’est pas infaillible. Cependant, il est des cas, où il semblerait que Bentham accepte la possibilité de la torture, lorsque, par exemple, pour éviter qu’un criminel ne cause plus de souffrance à la communauté par ses actions, son complice est torturé. Schofield replace ensuite la torture dans le débat plus vaste du choix entre la liberté et la sécurité.

9L’objectif de la collection dans laquelle Schofield a publié son opuscule était de rendre accessible des aspects saillants de la pensée de Bentham. Pari tenu. Cet ouvrage, écrit dans une langue fluide, sans jargon et bien documenté, est indispensable à toute personne souhaitant se familiariser avec la pensée de Bentham.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Brunon-Ernst, « Philip Schofield, Bentham: A Guide for the Perplexed », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 13 septembre 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/203

Haut de page

Auteur

Anne Brunon-Ernst

Université Paris 2-Panthéon-Assas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org