Navigation – Plan du site
Compte-rendus / Book reviews

Eléments d’un manuel de sophismes économiques

Guillaume Tusseau
Référence(s) :

Marc Bousseyrol, Vive la dette !, Paris, Editions Thierry Magnier, coll. « Troisième culture », 2009, 161 p., ISBN 9 782844 207456, 8,90 €.

Texte intégral

  • 1  Fragment sur le gouvernement et Manuel de sophismes politiques, trad. fr. et préf. J.-P. Cléro, Pa (...)
  • 2  Ibid., p. 183.

1Le manuel de sophismes politiques de Bentham1 se fixait pour objectif de dénoncer un certain nombre de raisonnements fallacieux destinés à entraver les propositions de réforme politique. Il définissait ainsi comme sophisme « tout argument avancé ou tout sujet de discussion suggéré afin de, ou avec la probabilité de produire l’effet de tromper ou de causer quelque opinion erronée susceptible d’être admise par toute personne dont l’esprit a pu se trouver mis en présence de cet argument »2.

  • 3  v. G. Tusseau, Jeremy Bentham. La guerre des mots, Paris, Michalon, coll. « Le bien commun », à pa (...)
  • 4  v. Manuel, op. cit., p. 185.
  • 5  v. spéc. Jeremy Bentham’s Economic Writings, 3 Vol., W. Starck (ed.), London, Allen & Unwin, 1952- (...)
  • 6  Defence of Usury, Shewing the Impolicy of the Present Legal Restraints on the Terms of Pecuniary B (...)

2Si Bentham a ainsi, toute sa vie durant, contribué à dénoncer les sophismes et fictions qui encombraient l’univers mental et l’horizon pratique des juristes3, il fait peu de doute que sa méthode n’est pas circonscrite à ce seul domaine4. Sous réserve de manuscrits inédits, il ne l’a pas appliquée de manière systématique au domaine économique, auquel il a pourtant consacré de nombreuses réflexions5. L’ouvrage de Marc Bousseyrol s’insère parfaitement dans une telle démarche. Le simple énoncé du titre – Vive la dette ! – résonne comme la Défense de l’usure que formulait Bentham6. Il témoigne du contre-pied qu’entend prendre l’auteur vis-à-vis d’une forme courante de discours et de raisonnement.. Le texte lui-même tend à élucider les ressorts argumentatifs d’une rhétorique qui, sur le plan de la politique économique, repousse radicalement toute forme d’endettement public.

  • 7  v. p. ex., sur cet aspect, l’interview de l’auteur, « La dette publique permet de fabriquer de la (...)
  • 8  v. son Introduction à l’œuvre de Keynes, Paris, Ellipses, coll. « Les économiques », 2000, 191 p.

3Sans même discuter de l’argumentation strictement économique déployée par l’auteur7, spécialiste reconnu de l’œuvre de John Maynard Keynes8, plusieurs aspects de sa démarche l’associent résolument à l’entreprise critique du philosophe utilitariste.

4L’invocation de la « dette » apparaît d’emblée dans l’analyse de l’auteur comme une variété des « sophismes du danger ». M. Bousseyrol commence par retracer la généalogie de cette figure dans les discours de politique économique. Depuis la Révolution française jusqu’à l’orthodoxie gestionnaire de la Ve République et aux critères de Maastricht, l’hydre de la dette publique, d’abord située à droite de l’échiquier politique, a gagné le discours de la gauche (pp. 19-46). Or loin d’être innée, spontanée ou naturelle, la crainte de la dette relève d’un artifice rhétorique qui a savamment « forgé notre aversion » (p. 26). Celle-ci se fonde notamment sur l’attractivité intuitive d’une comparaison de la gestion publique et de la gestion privée. Tout comme un ménage qui vit au-dessus de ses moyens apparaît intempérant et (moralement) condamnable, un Etat endetté – voire déclaré par ses gouvernants eux-mêmes « en faillite » – se trouve en proie au dérèglement. La menace du désordre social, de l’instabilité et de la crise politique le guète.

  • 9  J. Bentham, La table des ressorts de l’action, trad. fr., notes et intro. J.-P. Cléro, Paris, Uneb (...)

5A grands renforts de discours d’experts, de termes eulogistiques et dyslogistiques9, tels que « rigueur », « inflation », « déflation », « reflation », « désinflation », etc. dont la référence précise importe en définitive assez peu, l’homme de la rue comme l’homme politique sont progressivement convaincus du caractère intrinsèquement néfaste de l’endettement public. Aussi celui-ci ne saurait-il être perçu comme un instrument valable de politique économique. Seules resteraient les politiques relevant de l’« orthodoxie » (sic) libérale ou monétariste.

  • 10  J. Bentham, De l’ontologie et autres textes sur les fictions, P. Schofield (ed.), trad. fr. J.-P. (...)

6De manière subtile, M. Bousseyrol rappelle également, dans une lignée proche de la théorie benthamienne des fictions, à quel point les notions scientifiques, instruments de mesure, calculs et lois économiques qui sont invoqués au soutien des critiques de la dette ne sont pas des données préalables de l’argumentation de politique économique, mais des constructions. Il souligne ainsi la part de fiction que recèlent des notions telles que « dette », « actif », « passif », « investissement », « structurel », « conjoncturel », etc. Loin d’être des objets naturels, elles résultent de définitions, qui ont partie liée avec les intentions des locuteurs. Aussi ne faut-il pas négliger, sur le plan rhétorique, leur dimension performative. En décidant de placer telle ou telle masse de biens ou tel ou tel flux financier sous l’étiquette « dette », le discours économique ne se limite pas à une mise en ordre d’une réalité qui lui serait totalement extérieure : il contribue à forger ce dont il parle, d’une part, tout en lui associant de manière plus ou moins insidieuse une qualification normative (négative), d’autre part. Ainsi que le note l’auteur, « L’essentiel ici est de comprendre que le niveau de la dette ne dépend pas seulement d’une situation objective, d’un état réel de l’économie. Il dépend tout autant de la manière dont il est défini » (p. 58 ; v. en général pp. 51-73). Aussi doit-on se garder, comme y invitait Bentham, de croire qu’au substantif « dette » correspond nécessairement une entité parfaitement définie et préexistante10. Dès lors, il existe moins, derrière le discours de politique économique, de réalité proprement dite, que de volonté d’objectivation d’une vision du monde – et donc d’une forme de vie – déterminée.

  • 11  Sur ces aspects J. Bentham, Introduction aux principes de morale et de législation, trad. fr. Cent (...)

7Si la dette s’avère dans ce cadre une construction intellectuelle, nul doute qu’il soit possible de dépasser la vision qui en fait un simple « épouvantail » (p. 108) pesant sur les générations futures. Elle s’avère, sur le plan discursif autant que sur le plan pratique, un instrument : non pas un absolu, mais un outil. En conséquence, elle n’a intrinsèquement rien de bon ou de mauvais : tout dépend de ce à quoi on l’utilise, et des conséquences de cette utilisation. Concluant que « L’endettement de l’Etat n’est pas en soi pervers » (p. 139), l’auteur semble ainsi inviter à le juger à l’aune d’une perspective conséquentialiste, davantage qu’au regard d’exigences déontologique fondées sur des principes ascétiques qui seraient transposés à l’échelle de l’Etat11.

  • 12  C. Laval, Marx au combat, Paris, Editions Thierry Magnier, coll. « Troisième culture », 2009, 149 (...)

8Dans le petit format caractéristique de la collection qui a récemment accueilli un membre du Centre Bentham12, et sans jargon superflu, Marc Bousseyrol livre un puissant et salutaire effort de déconstruction des discours économiques, des rapports, des statistiques, des chiffres officiels, des lois de l’économie, des idoles, les dogmes et des évidences. Sur le fond, son analyse implique certes des débats. Mais telle est précisément la portée du décentrement proprement méthodologique qu’elle impose à la pensée économique régnante : repousser le confort des sophismes et des hypostases pour renouer avec une éthique de la discussion.

Haut de page

Notes

1  Fragment sur le gouvernement et Manuel de sophismes politiques, trad. fr. et préf. J.-P. Cléro, Paris, LGDJ, Bruxelles, Bruylant, coll. « La pensée juridique moderne », 1996, 386 p.

2  Ibid., p. 183.

3  v. G. Tusseau, Jeremy Bentham. La guerre des mots, Paris, Michalon, coll. « Le bien commun », à paraître.

4  v. Manuel, op. cit., p. 185.

5  v. spéc. Jeremy Bentham’s Economic Writings, 3 Vol., W. Starck (ed.), London, Allen & Unwin, 1952-1954, 413 p., 459 p., 602 p.

6  Defence of Usury, Shewing the Impolicy of the Present Legal Restraints on the Terms of Pecuniary Bargains, London, T. Payne, 1787, 206 p.

7  v. p. ex., sur cet aspect, l’interview de l’auteur, « La dette publique permet de fabriquer de la croissance », 12 mai 2009, sur http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/la-dette-publique-permet-de-fabriquer-de-la-croissance_181116.html ; D. Clerc, in Alternatives économiques, n° 286, décembre 2009.

8  v. son Introduction à l’œuvre de Keynes, Paris, Ellipses, coll. « Les économiques », 2000, 191 p.

9  J. Bentham, La table des ressorts de l’action, trad. fr., notes et intro. J.-P. Cléro, Paris, Unebévue, 2008, lxi+212 p.

10  J. Bentham, De l’ontologie et autres textes sur les fictions, P. Schofield (ed.), trad. fr. J.-P. Cléro, C. Laval, Paris, Seuil, coll. « Points. Essais », Vol. 353, 287 p., p. 87.

11  Sur ces aspects J. Bentham, Introduction aux principes de morale et de législation, trad. fr. Centre Bentham, J. Vrin, à paraître.

12  C. Laval, Marx au combat, Paris, Editions Thierry Magnier, coll. « Troisième culture », 2009, 149 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Tusseau, « Eléments d’un manuel de sophismes économiques », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 13 septembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/200

Haut de page

Auteur

Guillaume Tusseau

Professeur des Universités à l'Ecole de droit de Sciences Po, Membre de l'Institut universitaire de France, Centre Bentham

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org