Navigation – Plan du site

John Stuart Mill, héritier et critique de Jeremy Bentham

Armand Guillot

Texte intégral

1John Stuart Mill peut être présenté à la fois comme le véritable héritier de Bentham et comme son critique le plus célèbre. En tant que critique, il reproche principalement à Bentham des simplifications excessives dans son étude de la vie psychologique, et plus particulièrement dans son évaluation des plaisirs. Ainsi, Bentham serait aveugle aux différents caractères que les actions humaines expriment et qu’elles contribuent à former. Il serait également incapable d’envisager la dimension qualitative des plaisirs, qu’il reconnaît pourtant comme causes des actions. Il convient donc de déterminer la pertinence de ces critiques, de clarifier leur contenu et leur portée.

2L’article de Stephen G. Engelmann réalise ce travail à propos du caractère. Il montre en effet quelles sont les implications de l’insistance de John Stuart Mill sur cette notion. Alors que Bentham privilégie toujours, dans ses différentes analyses des intérêts, les relations entre différents termes, John Stuart Mill est conduit à insister sur les termes eux-mêmes. Dans ce contexte, le gouvernement et les lois doivent apparaître, aux yeux de John Stuart Mill, comme les instruments privilégiés de la formation du caractère, tandis que Bentham ne se trouve pas conduit à mettre en avant cet aspect. Comme Stephen G. Engelmann le souligne lui-même, il s’agit d’une différence d’accentuation, mais elle a son importance. En effet, alors que Bentham se trouve souvent identifié à un penseur des techniques disciplinaires, comme si la principale fonction qu’il attribuait à l’Etat était le contrôle social, cette identification est en réalité abusive, et conviendrait sans doute mieux, malgré les idées reçues, à un penseur comme John Stuart Mill. Pour ce dernier en effet, le rôle de l’Etat est bien de former les caractères individuels et nationaux, donc d’imposer à cette fin une discipline appropriée. Quelle que soit la valeur qu’il reconnaît explicitement à la liberté individuelle, et sans nier l’acquis de cette reconnaissance, l’accent mis sur la formation du caractère par l’Etat doit inévitablement affaiblir les garanties qui pourraient être proposées pour défendre cette liberté.

3L’article de Marie-Laure Leroy poursuit cet examen des critiques formulées par John Stuart Mill, à l’encontre de certains aspects fondamentaux de la pensée de Bentham. Il porte sur l’aveuglement attribué à Bentham quant à la dimension qualitative des plaisirs. Marie-Laure Leroy montre que Bentham sait prendre en compte la qualité ou la nature des différents plaisirs, et qu’il ne les tient pas pour systématiquement équivalents, interchangeables. Simplement, Bentham refuse toute hiérarchie qualitative des plaisirs, et c’est bien ce refus qui l’oppose radicalement à John Stuart Mill. Cela constitue-t-il une faiblesse de sa pensée ? On peut y voir davantage une force, un atout quant à ses visées éthiques et politiques. Il s’agit en effet de garantir le pluralisme. L’absence de hiérarchie des plaisirs ne traduit pas un désintérêt, voire un mépris, vis-à-vis des plaisirs esthétiques, des activités culturelles, on peut reconnaître dans l’attitude de Bentham une « suspension du jugement », un « vide juridique salutaire », pour reprendre les expressions de Marie-Laure Leroy, qui placent le législateur dans la nécessité de respecter la sphère privée de l’existence. Certes, il y a un prix à payer pour ce gain, qu’il faudra sans doute juger trop élevé, par exemple de devoir finalement négliger la dimension esthétique de l’existence.

4Ainsi, ces articles montrent que les simplifications excessives que l’on impute à Bentham, à la suite de John Stuart Mill, correspondent bien souvent à des choix délibérés, à des refus qui ont un sens éthique et politique fort. D’autre part, à ces « simplifications » en réponde une autre, imputable cette fois-ci à John Stuart Mill, et qui risque de ne pas se révéler aussi féconde. Cette simplification consiste, comme Jean-Pierre Cléro le met en évidence dans son article, à ramener tous les sophismes, ou « fallacies », étudiés par Bentham dans le Manuel de sophismes politiques, à autant de fautes d’induction. Cette réinterprétation strictement logique des sophismes fait perdre de vue une partie de la complexité et des potentialités du langage. Le traitement de cette question par Bentham, bien que moins systématique, était sans doute plus complet et plus fécond, dans la mesure où il n’était pas borné à la dimension logique du problème. Sur ce point particulier, la systématisation entreprise par Mill aboutit bien à une simplification excessive des fonctions du langage, et représente une perte plutôt qu’un gain. En effet, cette réinterprétation logique, en insistant sur l’induction comme fondement des « fallacies », se substitue à la théorie des fictions développée par Bentham, et par là, perd une des potentialités les plus intéressantes de sa philosophie.

5Quoiqu’il en soit, et d’une manière générale, l’effort de systématisation entrepris par John Stuart Mill, ainsi que sa clairvoyance quant aux lacunes de la théorie de Bentham, font franchir à l’utilitarisme un pas décisif. Pour le montrer, on peut attirer l’attention, dans un premier temps, sur ce que John Stuart Mill hérite de Bentham. Par exemple, il poursuit la réflexion de ce dernier sur un aspect essentiel de l’utilitarisme, à savoir le lien entre le principe d’utilité et celui d’égale considération de tous les intérêts. En retraçant l’évolution des significations et des implications de ce dernier principe, Marco E.L. Guidi met en évidence le rôle joué par John Stuart Mill, pour établir l’existence d’un lien réellement essentiel, et non extérieur ou dérivé, entre promotion de l’utilité et égale considération des intérêts.

6Il est également possible de mettre en évidence une certaine continuité de Bentham à John Stuart Mill, à propos de la question de la pauvreté. Ainsi, dans l’article de Michael Quinn, John Stuart Mill se révèle à la fois héritier de Bentham et de Malthus. Tout en associant des éléments importants et apparemment contradictoires des doctrines de ces deux penseurs, il parvient à les dépasser en une conception originale et forte du traitement de la pauvreté, qui maintient le droit à l’assistance tout en tenant compte des dangers, signalés par Malthus, liés à la progression du nombre des individus susceptibles de prétendre à ce droit.

7John Stuart Mill hérite également de Bentham l’orientation cosmopolitique de sa pensée. Ainsi, Georgios Varouxakis caractérise la théorie morale et politique de John Stuart Mill comme un « patriotisme cosmopolitique ». Le choix de cette expression est notamment destiné à corriger une erreur courante d’interprétation de la pensée de John Stuart Mill. En effet, elle est souvent conçue, à tort, comme une promotion de la « nationalité », du « nationalisme ». Or, Georgios Varouxakis parvient à montrer que la théorie de John Stuart Mill constitue une condamnation forte du nationalisme « au sens vulgaire du terme », qu’elle est un « patriotisme », simplement dans la mesure où elle promeut un principe actif de cohésion entre les membres d’une même communauté, et qu’elle est également « cosmopolitique » puisque cette cohésion doit toujours être orientée vers la promotion du bien-être et de la civilisation pour l’humanité entière. Cette conceptualisation du cosmopolitisme reste pertinente dans les débats contemporains, en tant que synthèse entre la nécessaire reconnaissance de l’attachement des hommes à des groupes toujours inférieurs à l’humanité entière, et l’orientation universaliste qui fait un devoir de la promotion des intérêts de l’humanité dans son ensemble.

8Enfin, on trouve dans l’œuvre de John Stuart Mill de nombreuses thèses et de nombreuses orientations qui se révèlent pertinentes et fécondes dans le débat contemporain. Manuel Escamilla le montre à propos du rapport entre droits de l’Homme et utilité. John Stuart Mill insiste en effet sur les droits moraux d’une manière qui est étrangère à Bentham, et s’il maintient le critère de l’utilité comme critère ultime, c’est de sa problématisation que nous héritons le plus directement.

9Par ailleurs, dans son article, Frederick Rosen montre comment la théorie politique utilitariste franchit une étape décisive dans l’œuvre de John Stuart Mill. En effet, les Considerations on representative government constituent une première étape vers une véritable science de la politique. John Stuart Mill refuse de séparer l’étude du gouvernement et l’étude scientifique de la société. De ce point de vue, sa théorie du caractère constitue une première élaboration de la science sociale, qui doit servir de fondement à toute théorie politique. Il resterait à déterminer si cette exigence de John Stuart Mill, de fonder toute réflexion politique sur une science sociale précisément définie, constitue effectivement un progrès relativement à la méthode benthamienne. Stephen Engelmann souligne en effet l’ouverture à la pluralité des disciplines scientifiques de cette méthode, ouverture qui serait précisément caractéristique d’une période où la science sociale ne s’est pas encore constituée comme telle, et qui permet de mobilier les sciences économiques, juridiques et sociales dans toute leur diversité, en les soumettant à chaque fois aux exigences particulières de l’art politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armand Guillot, « John Stuart Mill, héritier et critique de Jeremy Bentham », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 01 février 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/177

Haut de page

Auteur

Armand Guillot

Centre Bentham et Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org