Navigation – Plan du site
Compte-rendus / Book reviews

Jeremy BENTHAM, Chrestomathia

Paris: Cahiers de l’Unebévue, 2004
Marie-Laure Leroy
Référence(s) :

BENTHAM, Jeremy, Chrestomathia, trad. Jean-Pierre Cléro, Paris: Cahiers de l’Unebévue, 2004

Texte intégral

1Quels buts l'utilitarisme de Bentham assigne-t-il à la pédagogie ? L'ouvrage Chrestomathia (du grec « ce qui peut s’apprendre » et « utile »), publié en 1816, présente un projet d’école destiné aux élèves issus des classes moyennes et supérieures. Ceux-ci doivent y acquérir des compétences faisant d'eux des agents économiques adaptés aux exigences du marché. Cependant, il est d’emblée précisé que l’éducation ne doit pas seulement former une main d'œuvre utilisable : il s'agit aussi de se préoccuper du bonheur des individus que l'on prend en charge. Ainsi, même s'il faut avant tout donner aux élèves les moyens de subvenir à leurs besoins physiques, il convient également les rendre capables d'éprouver des jouissances intellectuelles, qui, outre leur valeur intrinsèque, présentent deux avantages : protéger chacun de l’ennui et du désespoir, et initier aux plaisirs de la sociabilité. La culture est à la fois conçue comme une richesse pour celui qui la possède, et comme un facteur de pacification des rapports humains. Pour que l'école remplisse cette fonction sociale, il faut qu'elle soit laïque, car Bentham considère que la religion oppose les hommes. L'enseignement utilitariste est donc conçu dans un esprit eudémoniste, au-delà du simple souci d’efficacité économique. Toutefois, le grand paradoxe de la pédagogie benthamienne est de prévoir, comme cadre à ces réjouissances, une architecture panoptique semblable à celle de la célèbre prison. Ici, la visibilité est mise au service de la discipline et doit favoriser les progrès intellectuels des élèves : on prévoit de faire en sorte que chacun d'entre eux soit soumis à la pression constante du regard des autres, par le biais de classements devant favoriser l’émulation. Fondé essentiellement sur la mémorisation, soumis à de stricts impératifs d'économie budgétaire, l'enseignement dispensé dans le panoptique scolaire promet d'être austère.

2Ce projet pédagogique, qui s’interroge sur la meilleure façon de transmettre les divers savoirs, s’assortit d’une réflexion sur leur articulation. Critiquant le « Système figuré des connaissances humaines » de d’Alembert, Bentham classe les connaissances en fonction de leur utilité, autrement dit, de leur incidence sur le bonheur humain. Pour établir son « Eudémonique », ou « table encyclopédique », il s’inspire de l’arbre de Porphyre. Soucieux d’établir une nomenclature désignant correctement ses objets, il forge, à partir du grec, des dizaines de néologismes. Ainsi, il propose d'appeler la physique somatologie et les mathématiques posologie. La nature de ces dernières fait l'objet d'une réflexion approfondie : Bentham retrace l’origine économique de leurs concepts et s'interroge sur la meilleure façon de les enseigner. Un «  Traité élémentaire de Grammaire universelle » propose une théorie du langage selon laquelle, pour dire le réel, l’esprit humain doit fabriquer des fictions. On remarquera également l’intérêt de Bentham pour les techniques et sa réflexion sur les rapports intimes qu’elles entretiennent avec les sciences.

3Dans une préface qui analyse notamment les apports épistémologiques de l’ouvrage, Jean-Pierre Cléro affirme la supériorité du benthamisme sur le kantisme : Chrestomathia peut « être tenue pour l’équivalent de la Critique de la raison pure » (p. xix), voire constituer « une véritable alternative à la philosophie transcendantale » (p. xlvii). Cette première traduction de l’ouvrage en français, dont on saluera la clarté et la précision, révèle la profondeur théorique de la pensée de Bentham, encore trop souvent méconnue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Leroy, « Jeremy BENTHAM, Chrestomathia », Revue d’études benthamiennes [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2006, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://etudes-benthamiennes.revues.org/170

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Leroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Bentham
  • Les cahiers de Revues.org